Une semaine typique

Vous mourrez d’envie de savoir de quoi a l’air une semaine dans la vie des Zucchini? Vos désirs sont des ordres, vous voilà servis !

D’abord, Maman Zucchini, réalisant que ses vacances arrivent à grands pas, se dit qu’il faudrait peut-être songer à planifier quelque chose pour ces deux semaines. Maman en parle à Papa, qui fidèle à son habitude lui lance : On fait ce que tu veux Chérie. Notez ici que la phrase sous-entend : on fait ce que tu veux, en autant que ca me plaise. Parce que Chéri déteste décider, mais n’a pas un goût pour l’aventure aussi développé que le mien, alors mes propositions de promenades en trans-sibérien sont rapidement écartées.

Maman, dans un élan de je ne sais quoi, décide donc qu’elle veut aller à la plage. Papa lui suggère la plage du Lac-St-Jean, que maman refuse catégoriquement, se voyant déjà obligée de visiter toute la famille de Chéri et ne pouvant pas profiter du bord de l’eau. Chéri, on s’en va dans le Maine. Une avalanche d’objections sont lancées, toutes réfutées et qui finissent avec un : J’t’ai cassé! Papa est convaincu, les Zucchini iront donc voir l’océan.

Comme Maman Zucchini s’est décidée à la dernière minute, un peu difficile de trouver un endroit pour se loger qui soit libre.   Mais Maman a plus d’un tour dans son sac et réussi à dénicher un petit chalet à louer.  Réserve et paye pour 3 nuits.   Recoit la confirmation ..   pour deux nuits.  Après maintes démarche, Maman Zucchini réussi à arranger le tout.

Par un miracle quelconque Maman décide de commencer les bagages vendredi matin  pour le départ de lundi.   La première chose qu’elle veut mettre dans la valise : les certificats de naissances qui sont bien rangés dans le classeur de papiers importants.    …  qui étaient…    Le certificat de Maman est là.  Celui de Papa y est aussi.   Pas de traces de celui de Zucchini.   La maison fut fouillée de fond en comble.   Niet, nada, rien.   Je penche pour l’hypotèse de la combustion spontanée.   Le drame.  Sans le précieux document on ne peut traverser la frontière.  Même si l’allure de  Zucchini ne laisse planer aucun  doute sur la paternité de Chéri, je doute que ca convainque les douaniers .

C’est la même journée que la carte mémoire de ma caméra décide de rendre l’âme.  La facture est introuvable, probablement partie au même endroit que le certificat de Zucchini.

Je décide de tenter l’impossible, aller sudoyer un fonctionnaire du gouvernement pour avoir un certificat de naissance la journée même.   J’ai pensé mettre un décolleté plongeant pour aider ma cause, mais je me suis dit que un, je n’ai plus vingt ans et que de deux, avec ma chance de la semaine j’allais sûrement tomber sur une femme.

Vini, vidi, vinci 🙂  J’ai sorti mon plus beau sourire pour le gentil fonctionnaire, ainsi que 35$ pour le traitement acceleré et j’ai pu avoir une nouvelle copie du fameux certificat.

J’ai fait échangé ma carte mémoire, sans facture, encore une fois grâce à mon incroyable sourire …   ou peut-être du au fait que je travaille là et que mon patron savait bien que je l’avais acheté ici.

Tout ca pour vous dire au revoir, on part pour le Maine, ensuite nous allons visiter mes parents à Québec.   Si on se fie à ma semaine, nous allons sûrement nous retrouver à quelque part d’autre :p   Mais ne vous inquiètez pas, je vous reviens à la fin des vacances, avec des photos évidement!

xxx

6 commentaires

  1. Bonne vacances dans le Maine! Est-ce que c’est à Ogunquit que vous allez? Moi j’y vais la semaine du 6 août… En fait, j’y vais chaque année et je trouve toujours ça extraordinaire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *