Tout est bien qui finit bien.

Vous savez quand tout se met à mal aller?  Hier c’était une journée comme ça.  En fait, ça a commencé lundi soir quand en lavant les cheveux des enfants, Chéri m’annonce qu’il n’y a plus d’eau chaude.   Je croyais que c’était la combinaison bain + lavage de couches + lave-vaisselle qui en était la cause.  Malheureusement, quand j’ai voulu prendre ma douche une fois la marmaille au lit, il y avait que de l’eau glaciale.  Le chauffe-eau avait rendu l’âme.

Hier matin donc, on s’attaque au chauffe-eau.   Sauf que la pièce où est cette bête, c’est aussi la pièce débarras.  Si vous avez des enfants vous savez ce que ça implique.  Si vous en avez 4, vous avez une idée de l’immensité du débarras accumulé dans notre maison.   Donc une fois la pièce semi-vidée, on s’attaque au chauffe-eau.  La joie de vider 60 gallons à la chaudière.  Et la joie de jouer dans un appareil comme celui là quand moi et mon chum on est pas manuels pantoute.  Mais merci à Google et à Youtube on s’en est sortis.   Mais c’était une journée de bouette, alors pendant que j’étais à la quincaillerie pour aller acheter des nouveaux éléments pour pouvoir prendre une douche, Chéri jouait avec Punky et en voulant l’attraper lui a mit un doigt dans l’oeil.   Bon, ce sont des choses qui arrive.   Mais Punky elle, elle ne fait jamais rien comme les autres.  Faque 4h après l’incident elle avait toujours aussi mal, toujours incapable d’ouvrir son oeil.   Direction CLSC, celui de campagne où je n’attends jamais bien longtemps.  SAUF HIER .   5h à l’urgence pour finalement savoir que l’ongle paternel lui avait laissé une grafigne au beau milieu de l’oeil.

J’étais exténuée, j’avais faim, et il était tard.  J’offre donc à Punky d’aller chercher quelque chose au casse-croûte du coin pour le manger à la maison.  Si vous habitez en campagne, vous savez que les restaurants sont remplis d’habitués, euh, colorés.   Donc pendant qu’on commande , Punky observe la bande de p’tits monsieurs qui discutent hockey … en fumant une cigarette.   Ouais.   Bon, après la dernière fois, nous avions un peu discuté.  Faque, elle s’est abstenue de tout commentaire.

À la place, elle a décidé de fredonner (et quand je dis fredonner, si vous avez un enfant de 5 ans vous savez à quoi ça ressemble.  Si vous en avez pas, imaginez vous un concert d’heavy metal.  Multipliez le bruit par 3.) une chanson de son cru.

La cigarette c’est maaaaaaaaaaaaal.   La cigarette c’est pas beau.  La cigarette ça puuuuuuuuuuuuuue.   C’est méchant la cigarette-rette-rette.

Et voilà, ma journée était redevenue ensoleillée, y’avait que Punky pour réussir à me redonner le sourire.

 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *