Jeudi confession

neigeJe me suis levée un matin cette semaine et tout était blanc dehors.  Après avoir chercher frénétiquement les bottes d’hiver – je sais y’annonçaient la tempête depuis 3 jours, mais bon, on est la reine de la procrastination ou on ne l’ai pas – j’ai envoyé les enfants à l’école dans l’excitation la plus totale.

Pis là, je me ferai peut-être pas d’amis, mais je me confesse :  j’ai hâte qu’il neige pour vrai.  Pas une p’tite couche qui fond pendant la journée.  Nenon.  De la neige.  Plein de neige.  Assez pour que les enfants puissent aller glisser.  Qu’on puisse faire notre patinoire.  Qu’ils puissent se tirer un peu partout sans que je m’arrache les cheveux parce que j’ai peur qu’ils déchirent leurs suits d’hiver.

Je m’en sacre du froid. J’haïs novembre pis sa pluie.  Pis sa bouette.  Pis le refrain des enfants » Y’a rien à faire dehors » parce qu’on est entre deux saisons. Emmenez-en de la neige.  Idéalement, une grosse bordée.  Un vendredi matin.  Assez pour que les écoles soient fermées.  Pis que je puisse regarder mes p’tits jouer dehors ben tranquille.

Lire la suite

Jeudi confession

banc de neigeDepuis que j’ai des enfants, j’ai une longue liste intitulée « les choses que je m’étais jurée de ne jamais faire mais que j’ai fait pareil. »  En fait, j’ai pas vraiment de liste, parce qu’il y a longtemps que j’ai perdu le compte de toutes les affaires sur lesquelles j’avais de si beaux principes.

La plupart des affaires concernent la maternité. Je veux dire, règle générale, le reste de mes principes sont restés pas mal intacts.   Mais, je dois me confesser, y’a une chose un peu honteuse que je dois ajouter à ma liste.  Moi, je suis le genre de fille qui riait ouvertement des gens qui pelletaient leur banc de neige.  Heille, la neige ça fond, t’es capable d’attendre 2 ou 3 jours de plus.  Pis cette semaine, dans un élan de frustration, j’ai pris la pelle et je me suis mise à enlever la neige de la montagne de plus de 6 pieds qui trône dans ma cour.  Celle que j’aimerais voir fondre d’ici juillet.  Celle qui prend la place du trampoline.  Celle que je ne suis plus capable de voir.

Bon, elle est encore là, toujours pas mal aussi haute, mais ça m’a fait du bien.  Un peu.  Pis au pire ça aura été un peu de cardio, c’est bon pour la santé.

J’ai aussi ri des gens qui passaient la shop-vac sur leur gazon, mais qui sait, peut être que dans quelques années ça sera mon tour.

Lire la suite

Jeudi confession

12299000_920134078035022_1641710958_n Ahhh, l’hiver qui n’arrive pas semble faire la joie de 90% de la population du Québec si on se fie à mon fil d’actualité Facebook.  Des 10 degrés au mois de décembre, il semblerait que ça rend les gens ben joyeux.

Mais moi je vais me confesser, je suis du clan de ceux qui trouve que c’est, ne mâchons pas nos mots, de la marde.  Parce que, je sais pas comment ça se passe chez vous, mais chez nous, ça veut dire des enfants qui vont jouer dehors quand même, mais qui au lieu de faire des bonhommes de neige, font des recettes de bouette.  Ah, et des enfants qui se trainent sur l’asphalte avec leur habit de neige qui sera troué avant qu’ils aient pu glisser.  Ça veut dire des mitaines et des bottes détrempées qui prennent des jours à sècher, parce qu’évidement il pleut tout le temps.

Tout ça, je peux tout de même m’en accomoder, même si j’aimerais mieux passer mon temps autrement que de laver pour la 436ème fois de la journée mon plancher orné de boue.

Non, ce qui me fait rager, c’est que cette température clémente m’empêche de rêver …  aux congés tempêtes.  Moi, un de mes plaisir lorsque je me couche le soir, c’est de regarder la météo et de me dire que j’aurai peut-être une chance de rester couchée le lendemain.  Que je n’aurai pas besoin de courir pour faire déjeuner, habiller et peigner toute la gang.  Que je pourrai rester en mou toute la journée.  Faque, j’espère de tout mon coeur que janvier saura se rattraper pour ce décembre tout brun.

Lire la suite

Faire des bonhommes de « neige » sans se geler les doigts.

Pâte à modeler neigeLorsque j’ai un peu chialé sur l’hiver avec les enfants, vous avez été nombreux à me dire que c’était pareil pour vous.    Disons les vraies choses, ça ne nous tente pas toujours d’habiller les enfants pendant 45 minutes pour en passer 10 dehors.

Alors pour les journées ou il vente trop pour les joues de vos petits, celles ou les bottes sont encore mouillées de la veille ou celles ou vous avez seulement envie de rester au chaud, en pyjama, toute la journée je vous partage une idée d’activité :  la pâte à modeler de neige.

Faire sa propre pâte à modeler pour les enfants c’est très l’fun.  Mais en plus quand elle sent bon et qu’elle brille, c’est encore plus impressionnant.  Si vous êtes un super parent, vous pouvez même faire jouer la trame sonore de la Reine des Neiges pour vous mettre dans l’ambiance.  Je ne suis pas assez cool pour ça moi.

Vous aurez besoin de choses que vous avez probablement déjà à la maison :

 

  • 1 tasse de fécule de maïs
  •  2 tasses de bicarbonate de soude
  •  1 1/2 tasse d’eau
  •  Quelques gouttes d’essence claire de votre choix pour l’odeur (menthe, vanille, érable etc.)  ou encore d’huile essentielle.
  •  Des brillants (argents ou bleutés pour l’effet neige)

 

La marche à suivre:Pâte à modeler neige

  • Mélanger tous les ingrédients sauf les brillants dans un chaudron.
  • Faire chauffer à température moyenne sur le poêle en brassant constament.
  • Le liquide va commencer à faire des bulles et ensuite à durcir.
  • Faites chauffer jusqu’à obtenir une consistance de patates pilées.

Pâte à modeler neige

  • Retirer du feu et mettre dans un grand bol.
  • Couvrir d’un linge humide jusqu’à ce que le tout soit froid.
  • Ajoutez autant de brillants que vous voulez en pétrissant la pâte pour qu’ils se dispersent un peu partout.

 

Pâte à modeler neige

Voilà vous avez maintenant de la pâte à modeler de neige!  Et en plus elle sent délicieusement bon.

Pâte à modeler neige

Vous pouvez vous en servir seulement pour jouer et la mettre au réfrigérateur dans un contenant hermétique ou un ziploc entre les utilisations.  Ou encore vous pouvez vous en servir pour faire des décorations.  Nous, on a choisi de faire de jolis bonhommes de neige.  Vous les laissez sècher pendant au moins 24 heures ( ou beaucoup plus selon la grosseur).

Pâte à modeler neige

Avec la popularité de la Reine des Neiges, je suis certaine que vos enfants s’amuseront à faire leur version d’Olaf!

Lire la suite

Le jour où j’ai découvert que ma mère est une sainte. Ou l’hiver chez nous.

1

L’autre jour je feuilletais des albums photos pour retrouver une photo de mon enfance.  Et me revoyant les photos de moi en ski, ça m’a frappé:  ma mère est une sainte.   Chaque samedi, elle nous trainait en ski moi, ma soeur et mon frère.  Toute seule.    Le dimanche, on retournait en ski ou bien on allait patiner, ou glisser.  Bref on jouait dehors.  En famille.  Toute la journée.

Ma mère est une sainte c’est certain, parce que si vous avez des enfants vous savez ce que ça représente l’hiver.

Je suis chanceuse parce que j’ai des enfants qui aiment jouer dehors (bon on a pas le câble, ça aide sûrement!).  Et malgré ça, si on me disait que je devais sortir seule avec ma gang toutes les fins de semaines – de 8 heures le matin jusqu’à 17 heures – je trouverais probablement le moyen d’hiberner.

Parce que l’hiver avec des enfants ça veut dire :

–  S’obstiner avec la grande qui trouve que c’est ben correct d’aller jouer avec des gants magiques à -325 degrés dehors.

–  Découvrir qu’elle veut mettre ses gants magiques parce qu’elle a perdu sa 4ème paires de mitaines de l’hiver.

–  Se rendre compte au moment d’habiller tout le monde que la p’tite deuxième a foutu son pantalon de neige en boule dans le fond du garde-robe au lieu de l’accrocher sur la patère.  Et qu’il est donc encore tout mouillé.

–  Prendre 45 minutes pour habiller tout le monde.   Entendre « Maman, envie de caca » au moment ou on met finalement le pied dehors.

–  Expliquer 3453 fois à Miss Dragon que non, je ne peux pas diminuer l’intensité du vent.

–  Essayer de pelleter l’entrée en remettant la mitaine tombée pour une 32421ème fois.

–  Aller déprendre Fiston qui a calé en voulant suivre ses soeurs.   Se rendre compte que sa botte est restée prise.  Qu’elle est remplie de neige

–  Gèrer la crise de Fiston qui ne veut pas rentrer pour changer de bottes.

–  Gèrer la crise de Fiston qui ne veut pas ressortir dehors.

–  Entendre au loin « Maman, j’ai envie de pipi.  Ca presse. »  Courir pour éviter le désastre.  Perdre une botte dans la neige.  J’ai pas de bottes de rechange, moi.

–  Se geler les doigts à rattacher tuques, lacets et fermetures éclair.

–  Gèrer un enfant qui veut glisser, alors que l’autre veut patiner et que les deux autres construisent un fort.

–  Être complètement gelée. Essayer de faire rentrer les enfants.  Qui ne veulent rien savoir.

–  Promettre un chocolat chaud – avec des guimauves – pour que les enfants rentrent.

–  Se faire crier après pour avoir de l’aide avec les bottes.

–  Contempler les 6 paires de bottes, 5 habits de neige, 10 paires de mitaines, 3 cache-cou (on en retrouvera un au printemps), 8 tuques , mouillés qui trainent partout.  Ramasser le tout pour que ça sèche.

–  Recommencer après dîner.

Une chance que mes enfants aiment l’hiver.

 

Lire la suite