Jeudi confession

12299000_920134078035022_1641710958_n Ahhh, l’hiver qui n’arrive pas semble faire la joie de 90% de la population du Québec si on se fie à mon fil d’actualité Facebook.  Des 10 degrés au mois de décembre, il semblerait que ça rend les gens ben joyeux.

Mais moi je vais me confesser, je suis du clan de ceux qui trouve que c’est, ne mâchons pas nos mots, de la marde.  Parce que, je sais pas comment ça se passe chez vous, mais chez nous, ça veut dire des enfants qui vont jouer dehors quand même, mais qui au lieu de faire des bonhommes de neige, font des recettes de bouette.  Ah, et des enfants qui se trainent sur l’asphalte avec leur habit de neige qui sera troué avant qu’ils aient pu glisser.  Ça veut dire des mitaines et des bottes détrempées qui prennent des jours à sècher, parce qu’évidement il pleut tout le temps.

Tout ça, je peux tout de même m’en accomoder, même si j’aimerais mieux passer mon temps autrement que de laver pour la 436ème fois de la journée mon plancher orné de boue.

Non, ce qui me fait rager, c’est que cette température clémente m’empêche de rêver …  aux congés tempêtes.  Moi, un de mes plaisir lorsque je me couche le soir, c’est de regarder la météo et de me dire que j’aurai peut-être une chance de rester couchée le lendemain.  Que je n’aurai pas besoin de courir pour faire déjeuner, habiller et peigner toute la gang.  Que je pourrai rester en mou toute la journée.  Faque, j’espère de tout mon coeur que janvier saura se rattraper pour ce décembre tout brun.

Lire la suite

Jeudi confession

1

Ahhhh le printemps.  Le retour du beau temps, des températures plus clémentes.   Les oiseaux qui chantent.  Les bourgeons qui poussent.   Le printemps.  Je me confesse, depuis que j’ai des enfants, surtout 4, je … déteste le printemps.   Ok.  Pas le printemps à proprement parler, mais disons ces deux ou 3 semaines d’incertitude.

 

Bon, selon l’endroit où vous habitez, le calvaire est peut-être plus ou moins long, mais ici, dans ma campagne, c’est pénible.   Premièrement, on a besoin d’avoir l’habit de neige le matin et l’habit de printemps l’après-midi.   Les bottes d’hiver le matin, les bottes de printemps l’après-midi.  Multipliez le tout par 4 enfants, ça donne un garde-robe d’entrée qui déborde.   Ajoutez à ça 23 paires de mitaines.  Parce que ça fond.  Ça mouille.  Tout.   Après 5 minutes dehors, les mitaines peuvent être tordues.   Et chaque jour, ma salle de bain se transforme en salle de séchage de linge détrempé.

Ah, et est-ce que j’ai mentionné la bouette.  Partout.  Sur tout.   Que mes enfants entrent dans la maison.

Oh, et la complainte qui revient chaque jour « Oui, mais maman, mes amis eux ne mettent plus de tuque.  Pis pas de pantalons de nylon. En fait ils ont déjà sorti leurs shorts. »  (J’exagère à peine)

 

J’aime le printemps … une fois que la neige est fondue.  Et parti comme c’est là, je vais devoir prendre mon mal en patience encore un petit bout.

Lire la suite