Sous-entendus

En réprimant un fou-rire pour la 543ème fois lorsque Miss Dragon me demande de lui lire cette histoire, je me suis passée la réflexion que les auteurs pour enfants devaient assurément faire exprès de mettre autant de phrase à double-sens dans leurs livres.    Sérieusement, le nombre de fois ou moi et Chéri nous nous sommes regardés, les yeux pleins de sous-entendus, alors qu’on venait de lire une phrase à voix haute qui – pour nos oreilles d’adultes – prenait un tout autre sens.   Je pense que c’est une tactique, pour garder l’intérêt des parents lorsqu’ils vont la lecture à leurs enfants.

Puis hier, j’aidais Zucchini avec ses devoirs.

-Maman, faut que je fasse une phrase avec « chacun ».  J’ai paaaaaaaaaaaaaas d’idées.   Aiiiiiiiiiiiiide moi. 

-Ben, t’as juste à commencer une phrase par « Mon père et mon frère ont chacun bla bla bla. »

*Rire hystérique*

Maman!   Mon père et mon frère *rire de plus en plus hystérique* ont chacun *rire supra-hystérique*   un pénis HAHAHAHAHAHAHA.

Faque, les auteurs de livres pour enfants n’écrivent peut-être pas délibérément des phrases pleines de double-sens.  Ils sont juste comme moi : ils ne réfléchissent pas avant de parler (ou d’écrire).

Pis les sous-entendus, sont pas mal moins quand c’est pas moi qui les voit.   Je décrète que dorénavant, les blagues de pipi-caca-poil sont réservées aux parents dans ma maison bon.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *