Des conseils

Nenon, je ne vous donnerai pas de conseils.  En fait, c’est plutôt le contraire.

Depuis que j’ai Zucchini dans ma vie, on me bombarde de conseils.  Que dis-je?  Je suis ensevelie sous les conseils.  Au début je croyais que c’était seulement l’apanage de Belle-Maman.  Couchez la pas avec vous autres, vous allez la gâter et le regretter.   T’es pas obligée de faire tout ce qui disent dans les livres là, c’est long 6 mois à la nourrir.  Etc. Etc. Mais non, il s’avère malheureusement que tout le monde semble avoir son mot à dire sur l’éducation de ma fille.  Suffit de mettre le pied hors de la maison pour que de parfait inconnus m’abordent:  Tu penses pas que c’est trop fort pour ses oreilles?  (au festival d’été)   Me semble qu’elle ça doit pas être bon pour son dos (regardant mon bébé dans la poche).

Autre conséquence de l’accouchement:  j’ai aucune patience.  (En fait si mon Homme venait lire ici, il vous dirait sûrement que j’ai toujours eu mauvais caractère…  Mais je vous assure, j’étais pas si pire que ça 😉  )  Afin de contrer ma mauvaise humeur, j’ai pensé offrir un conseil de mon cru à chaque personne qui m’en offre un.  Des heures de plaisir en perspective.  😀

Lire la suite

Post it

Quand je suis allée visiter l’hôpital avant d’accoucher, on nous a remis une feuille avec les trucs essentiels à apporter.   Pyjamas pour bébé, pyjama pour maman, couches etc. etc.  .  Moi j’aimerais rajouter un truc:  post-it.   Futures mamans de ce monde, on vous prévient de pleins de choses, mais on ne vous prévient pas qu’avec votre placenta, part aussi votre mémoire.  Ouaip.  Désolée de vous faire de la peine, même si vous aviez une mémoire extraordinaire, une concentration phénoménale, une fois bébé dans vos bras (et même avant) : finito.

Je monte au deuxième étage pour aller chercher le panier de linge sale.  J’arrive en haut de l’escalier et pouf, aucune idée de ce que je venais faire.  Je regarde autour pour essayer de me rappeller.  Rien à faire, je ne sais plus.  Je redescends en bas et à la vue d’une débarbouillette sale, la mémoire me revient.  Me croirez vous qu’une fois en haut, j’ai oublié encore une fois…

Je vais a l’épicerie avec une mission simple:  acheter du lait.  Juste du lait.  Rien d’autre.   De retour chez moi, avec mon sac qui déborde.  J’ai acheté des poires, des pâtes, du sel, des champignons.  Mais point de lait.  Et en ouvrant la porte du garde-manger, je me rends compte qu’on a déjà 3 boites de sel…

Lire la suite

En vrac

Hier je feuilletais les circulaires, je tombe sur celui de M&M. Vous savez les aliments congelés?  À ma grande surprise, et surtout incompréhension, ils vendent des Grilled Cheese congelés, prêts d’avance.  Euh, y’a juste moi qui trouve ça bizarre?  Parce que ca doit prendre autant de temps à dégeler que dans faire cuire un vrai.  Et pour avoir goûté à des toasts réchauffées quand j’étais à l’hôpital, je me dis que le goût ne doit pas être terrible….

***

Je couche Zucchini pour sa sièste samedi après-midi.  Elle est dans un demi-sommeil, lorsque la sonnette se fait entendre.  Merde.  Parce que la combinaison sonnette et chien qui s’élance dans la porte en jappant réveille complètement bébé.  C’est une ado qui vend du chocolat. Je recouche bébé, je n’ai pas fait un seul pas en dehors de la chambre.  Ding-dong.  Ostie.  (La deuxième fois je suis moins polie).  Trois ados qui vendent du chocolat.  SI JE VEUX DU CHOCOLAT, JE VAIS AU DÉPANNEUR!!!  Pas la peine de venir réveiller mon Zucchini chéri et d’énerver mon chien fou.

Quand mon Homme est revenu le soir, après que je lui aie conté mes histoires, il me dit:  Pourquoi t’as pas acheté de chocolat, ça aurait été bon…

***

Y’a une personne qui est aboutie ici en cherchant Société Zuchini  …   Je crois que je n’ai même pas envie de savoir ce que c’est.

Lire la suite

Amusons petits et grands!

Dans un effort de rentabilisation des jouets que j’achète, j’ai décidé de me procurer des jouets qui amusent à la fois Zucchini et Papa.

Zucchini est l’heureuse propriétaire d’une Magneto Ferme. (voir photo) C’est un p’tit gugusse qui se colle sur le frigo, et qui vient avec des aimants d’animaux en deux parties. Quand on colle les deux bonnes parties, y’a une petite chanson qui se fait entendre. Mais quand on colle deux parties qui ne vont pas ensemble, le trucs en question fait aussi une chanson. Si je met le devant d’un cheval et le derrière d’un mouton, il chante: Un cheval mouton! (avec toute une exclamation en plus!) bla bla bla. Quelle ne fut pas la joie de l’Homme lorsque c’est l’arrière du cochon qui se retrouva sur la ferme. Ouais, la p’tite gugusse qui se met a chanter: Un canard cochon!

Finalement Chéri est beaucoup plus facile à divertir que Zucchini.

Lire la suite

Blogs

Quand bébé fait sa sièste, j’adore faire la tournée des blogs que j’aime.  J’ai d’ailleurs découvert récemment Prof Maudit , un pur régal.  Il y a des gens qui ont des plumes extraordinaires, d’autres qui me font rire comme c’est pas possible.  Et parfois, un texte qui me touche énormément.  Chez Intellexuelle, un texte tellement bien écrit, mais surtout un texte qui boulverse.  Parce que ma raison me dit que jamais on ne devrait se faire justice soi-même, que c’est le début de la fin pour la société. Je suis opposée de toutes mes forces à la peine de mort.  Mais mon coeur lui, me dit qu’il a eu raison ce Richard.  Et surtout, que si quelqu’un s’avise de faire subir quelque chose comme ça à ma fille, j’aurai certainement les mêmes envies.  Je ne sais pas si ma raison saurait être plus forte que mon coeur.

Lire la suite

Cheveux

Pour faire plaisir à tous mes fans en délire (mouhahaha!)  mais surtout parce que Dodo m’a menacé de ne pas venir au Ikéa, :P, voici mes nouveaux cheveux.  Vous pourrez constater que la photo n’est pas très réussie.  Mais c’était la meilleure de toutes celles que mon Homme à réussi à prendre.  Mon homme déteste la caméra, elle le lui rend bien.  Un jour peut-être je me ferai photographier par mon-amie-la-photographe-qui-répond-à-toutes-mes-questions-stupides mais en attendant vous allez devoir vous contenter de ceci.  Mais je vous jure, ca fait ressortir mes yeux 😉 

Lire la suite

Small talk

Ce matin j’ai enfin comblé mon envie de changement, je me suis payée une petite visite chez la coiffeuse.  Dorénavant, plus personne ne pourra mettre mes niaiseries sur le compte de la couleur de ma chevelure.  Et j’ai peut-être maintenant des chances que quelqu’un me dise que ma fille me ressemble un peu.

Quand la coiffeuse m’a demandé quelle couleur je voulais et que je lui ai dit que je voulais un changement drastique, elle m’a demandé si ça ne me faisait pas peur.  Nope.  Y’a rien à mon épreuve.  Ou presque.  Quand je vais chez la coiffeuse, vous savez qu’est ce qui m’effraie le plus?  Non, je n’ai pas peur qu’elle me rate la tête.  Ce qui me donne de l’urticaire, c’est que je vais devoir faire la conversation.   Parce que je suis absolument, résolument nulle là-dedans.  Chaque fois c’est la même chose, et pas seulement avec la coiffeuse, j’ai rien à dire aux gens que je ne connais pas.  J’apprécie le silence.  Le mien.  Mais le leur me mets mal à l’aise, parce qu’il est rempli de non-dits.  Euh voyons.  Pourquoi elle me parle pas elle?  Elle est donc ben bête.  Est-ce que c’est moi qui est plate.  etc. etc.  Là je me force donc pour faire la conversation.  Pis je suis poche.  J’ai toujours été comme ça.  À l’école, au travail, avec les voisins, avec la belle-famille, les inconnus dans les autobus.  Ca m’a valu de drôle de réputations, de méprisante à air bête, en passant par suffisante (ça c’est gracieuseté de mon prof de français du secondaire.  Mais elle je la méprisais vraiment.)  Pourtant, je vous assure, je suis tout à fait charmante 😛   Je ne suis juste pas douée pour le small talk.  Alors si vous me rencontrez un jour, je vous aurai prévenus 😉

Lire la suite

Le ridicule ne tue pas – part II

Parraîtrait que le rire est bon pour la santé.  Je sais pas si rire de soi ça compte en double?  Dans ce cas je devrais être exempte de toute maladie pour les années à venir.    Je vous ai déjà raconté mes aventures musicales avec mon voisin, mais je n’en suis pas à une niaiserie près.  Je me suis déjà confessée à Sophie mais pour les autres vous pourrez rire de moi.  Pour Soph, bien tu peux rire une autre fois 😛

J’ai gardé des enfants dans ma jeunesse, mais bon je m’en tenais à ce que les parents me disait, sans porter plus attention qu’il ne le fallait.  Quand Zucchini est arrivée je me suis renseignée sur bien des sujets, dont l’introduction des solides.  J’entendais parler de toutes sortes de choses, mais chaque fois que quelqu’un mentionnait qu’il introduisait le jaune d’oeuf, j’avais des haut le coeur.  Non, je n’ai pas une aversion particulière pour les oeufs.  C’est seulement que je n’avais jamais réfléchi à la façon d’apprêter l’oeuf en question…  Vous me voyez venir?  Il m’était venu dans la tête l’image d’un oeuf cru, dont on donnait seulement le jaune.  Un peu -beaucoup- indigeste.

O.K., riez de moi maintenant 😛

Lire la suite

Baby Blues

Avant la naissance de mon Zucchini je m’étais naivement acheté quelques livres en me disant que j’aurais le temps de lire durant les sièste de bébé. Oui, oui. C’est bien la preuve que je ne connaissais rien aux enfants. Depuis que Zucchini est là je dois avoir lu 3 ou 4 livres, disons 8 tout au plus. Un par mois. Quand avant j’en lisais un par jour. Vu mon incapacité à suivre le fil de mes romans , j’ai changé de style de lecture. Je suis passée aux bandes-dessinées. Disons que l’histoire est plus facile à suivre… J’ai découvert une série que j’adore: Baby Blues . Je vous laisse quelques extraits, ça vaut la peine. C’est en anglais par contre, aucune idée si ça a été traduit.

Je voulais les mettre directement ici, mais l’image devient trop petite, alors suivez le lien!

Baby Blues #1

Baby Blues #2

Baby Blues #3

Baby Blues #4 

Lire la suite

La rentrée

Pour moi, septembre rime avec rentrée scolaire, même si ça fait quelques années que je ne participe plus. Ce matin, j’étais un peu nostalgique, un peu déçue. Parce que je m’étais dit que je profiterais de mon congé de maternité pour m’inscrire à la maîtrise et que je ne l’ai pas fait.

Remise en contexte, alors que je suis au cégep, j’annonce à ma mère que je m’inscris en philo. Le drame. Faut savoir que je suis la première de la famille (et toujours la seule avec ma soeur) à m’inscrire à l’université. Ma mère ne conçoit pas que je m’endette pour « du pelletage de nuages ». En fait, je la soupçonne de ne pas dire à son entourage la vérité pour éviter la honte. Mon p’tit frère lui, trouve ça cool. Probablement parce que ça fait paniquer ma mère. Mes amis, bah, rien ne les surprends venant de moi, ils ont vu pires. Mais je vois bien qu’ils ne comprennent pas. Sauf mon meilleur ami, qui lui, pour concurencer mon projet d’études « inutiles » s’inscrit en Études Russes. Y’a autant d’avenir là-dedans qu’en philo 😛

Puis l’université a commencé, et là le vrai fun a commencé. Oui, mesdames et messieurs. Vous voulez faire une compilation de commentaires ridicules, vous n’avez qu’à annoncer aux gens que vous étudiez en philo.

Une amie de ma soeur:  Elle doit être bizzare ta soeur…  Le bizarre dit sur un ton pratiquement terrorisé.

Un gars dans un bar: Tu étudies quoi?  -Philo.  -Ah, tu dois être lesbienne d’abord.  Cherchez pas à comprendre, je cherche toujours. Je lui ai répondu:  Ouais, pis je me rase pas et je fume la pipe.

Une collègue de travail:  J’espère que tu n’es pas en train de me psychanalyser.  Philo, pas psycho.  J’ai dû le répeter mille fois.  Je me suis tannée, maintenant je laisse les gens penser ce qu’ils veulent.

La plupart des gens:  Qu’est ce que tu vas faire avec ça. Moi: Rien.  D’habitude ils sont trop consternés pour répondre 😛

Et j’en passe.  Mais bon, ça a du bon, ça a fait fuir le gars fatiguant du Pub.

Bref, le temps passe.  Je fais mon bac.  Tout va bien dans le meilleur des mondes (enfin presque, mais je conserve des anectodes savoureuses de mes profs pour un autre billet!).  Prise d’angoisse à l’idée que mon Bacc ne serve à rien de concret, je m’inscris au certificat en enseignement collégial.  Les cours sont d’un ennui mortel, mais bon j’arrive à avoir de bonnes notes sans même aller en cours .  Arrive les stages.  Horreur.  Je D É T E S T E.

De un, les cours de philo sont obligatoires au Cégep, alors le niveau d’intérêt varie de passable à nul.  De deux, les cours ont une réputation.  Heille man, ça l’air que dans le cours on s’assoit tous en rond autour d’un miroir avec des chandelles.  Ou Ca a l’air que le prof de philo a tiré sa brosse de tableau à un élève.  O.K. la dernière affirmation est vérifique.  J’aurais aimé que le prof ce soit moi 😛

J’ai craqué, juré que je ne serais jamais prof et troqué mon stage pour un cours de Russe.  Ouais, tout aussi inutile que mon Bacc, mais tellement plus intéressant que le p’tit morveux qui demande au premier cours:  Pis Dieu y’existes tu?  Avis, on parle d’autre chose que Dieu en philo, je vous assure.

Je m’étais dit que je m’inscrirais à la maîtrise.  Je ne l’ai pas fait.  Et là, je ne sais pas trop, on dirait que ça ne m’intéresse plus.  La Critique de la Raison Pure ne m’appelle pas du tout. (En fait, je dois me confesser, la mention de la plupart des philosophes allemands surtout Kant et Hegel me donne la nausée.  Et ce même quand j’étais au Bacc.  Mais fallait surtout pas l’avouer, sans quoi on risquait de passer pour une demeurée.  Quoi?  T’aimes pas les cours de Madame Ricard?!?  Mais t’as pas honte?)  Bref, je ne sais plus trop.  On dirait que la maternité a fait changé les intérêts.  J’ai envie de faire autre chose.  Quoi?  Bonne question.  Je crois que je suis mûre pour une petite psychanalyse. 🙂

Lire la suite