Non mais!

Ma deuxième princesse n’est pas encore née, qu’elle me permet déjà de découvrir plein de choses. Une fin de grossesse entre autre. Je n’avais pas vécu ca avec Zucchini la pressée, alors ma deuxième me fait ce cadeau!

Une des choses plaisantes(!) d’une fin de grossesse ce sont les commentaires des gens. Surtout ceux de purs inconnus. Que je suis touchée par la solicitude de ce commis d’épicerie qui s’exclame : Que ca n’a pas de bon sens de sortir de chez nous ammanchée de même! Moi qui ne savait pas qu’à partir d’une certaine grosseur de bedaine on devait rester en sécurité à la maison et « avec quelqu’un en tout temps au cas où » dixit mon réparateur de sècheuse . Une chance que j’ai ces gentils messieurs pour me permettre de vivre une fin de grossesse en sécurité!

Mais la chose qui secrètement m’énerve au plus au point: les mêmes commentaires qui reviennent tous le temps. Tsé le genre de commentaires où on se sent obligé de faire un p’tit rire forcé. Celui qui revient toujours à chaque fois que je vais à quelque part: au dépanneur, à l’épicerie, au resto. Le commis, la caissière, la serveuse, qui me regardent et qui s’exclament : Faudrait pas accoucher ici hein!

Je ne suis plus capable!!!

La prochaine fois, à la place du petit rire épais, j’ai le goût de me prendre le ventre à deux mains et de m’exclamer : Merde, je pense que ca y est. Juste pour voir leur face. Ca réussirait peut-être à me faire accoucher.

Un commentaire

  1. Hi hi hi! Tu me rappelles de bons souvenirs… à ma première grossesse j’ai accouchée à 42 semaines et je ne sortais même pu de chez nous tellement j’étais écoeurée de ces commentaires ennuyants!
    Par contre, à la maison, tu as la ‘ronde’ des appels téléphoniques des proches… Est-ce que ca a commencé par chez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *