Les livres, pour tous

Question de perpétuer le stéréotype de la mère de famille nombreuse, j’étais en train d’arpenter les allées du Costco le plus près de chez moi. Ben oui, j’ai pleins d’enfants et j’achète mon ketchup en caisse de 2134. Et, quand je suis chez Costco, je prends toujours le temps d’aller voir les livres – je n’ai pas de librairie dans mon village de campagne – et d’en acheter un peu trop pour ajouter à notre collection.

Jusqu’à hier, j’achètais n’importe quoi. En fait, j’achetais ce qui plaisait à mes enfants. Des Agent Jean, des Garfield, des recueils d’histoires classiques, des livres sur les animaux, des livres sur les catastrophes naturelles, des coffrets de La vie compliquée de Léa Olivier, des cherche et trouve, des imagiers et j’en passe.  Mais là, hier, j’ai réalisé que tout ce temps je m’étais trompée.  Parce que j’ai vu ça :

Apparement,selon les Éditions Caractère, faut regarder dans ses p’tites culottes avant de choisir l’histoire qu’on lira.  Et moi, tout ce temps, qui lisait la même histoire du soir à mes enfants.

 

10957490_10152518483007820_3370945445695149119_n
J’ai l’indignation variable. J’ai à peine haussé un sourcil lorsque tout le monde s’indignait devant les Lego roses. Mon fils joue avec, comme ses soeurs jouent avec les Lego de Star Wars.  Mes filles portent du rose.  Mais aussi du bleu, du jaune, du vert pis toute le reste. Mon fils fait des casse-tête de Avengers mais aussi ceux de la Reine des neiges.  Ma fille est allée à l’école déguisée en Spiderman et fiston revêt parfois la robe de Elsa. Chez nous, y’a rien qui est réservé aux garçons, rien qui est l’affaire des filles. J’ai souvent repris mes enfants qui parlait d’un truc comme d’une affaire appartenant à un sexe ou l’autre.

Mais jamais jusqu’ici, mes enfants ne m’ont dit « Ah, ça c’est une histoire de filles » .  Nope. Chez nous la lecture c’est quelque chose qu’on partage en famille.

On lit des histoires de princesses. Des histoires de chevaliers. Des livres sur les Avengers. Un dictionnaires sur les monstres.  On a un gros faible pour les livres d’Élise Gravel.  Tout ça tout le monde ensemble. Gars et filles. Pis de mettre un sexe sur les histoires, je trouve ça … ne mâchons pas nos mots, profondément débile.

Alors pour vous, Costco et les Éditions Caractère, quelques photos qui vous permettront de constater que oui, filles et garçons peuvent apprécier les mêmes histoires et qu’on a pas besoin de mettre un genre dessus.

 

Oui, oui, on peut tous lire les mêmes livres

2 commentaires

  1. Ooooh je suis déçue, je les aimais bien, les Éditions Caractère, avant de voir ça… Pour l’histoire des Lego, ce n’est pas juste la couleur, c’est surtout les options limitées qui m’énarvaient : cuisine, esthéticienne et centre d’achats pour ces nunuches de filles… Les personnages féminins d’un bord (avec les options les moins intéressantes, selon moi) et les masculins de l’autre (avec les options les plus valorisées). Mais là Lego a corrigé un peu le tir dernièrement; il y a des options un peu plus intéressantes. Je trouve ça poche de mettre garçons et filles chacun dans leur coin, comme s’ils ne pouvaient pas s’intéresser à tout ça… Encore une fois, on en a un exemple avec ces livres navrants des Éditions Caractère…

  2. Merci pour cet article intéressant. Je pense que pour mieux comprendre un personnage dans un livre parfois on aime qu’il se rapproche de nous, qu’il nous ressemble et certains produits prennent la manière facile en utilisant le genre sexuel pour vendre, dans ce cas surtout aux parents et la famille. Les enfants ne feront pas la distinction tant qu’on ne leur apprend pas à le faire, cet éditeur aurait très bien pu écrire tout simplement Contes comme titres pour un livre bleu et l’autre rose et nous aurions fait le lien nous même sans rien dire.
    Toute les couleurs font partie de la nature, nous les utilisons de manières symboliques, les jeunes enfants ne connaissent encore pas ces codes, ces symboles et leur significations.
    Chez nous il n’y a pas de restrictions de couleurs ou de jeu mais j’essais d’apprendre à mes enfants à reconnaître ces symboles, parce qu’on est entouré de symboles qu’on le veuille ou pas et que c’est important de les comprendre.

    Je ne veux pas que mes enfants soient restreint (dans leurs connaissances, leur approches vers les autres, leur intérêts) à cause de ces symboles préétablis, qu’ils soient classés et qu’ils apprennent à classer les autres, à préjuger, ce genre de symbole sert à diviser. Certains enfants sont très marqués par ces symboles, par exemple ma petite voisine, à peu près du même âge que mon fils ne manque jamais de faire la remarque quand il porte ses bas roses, qu’il à lui même choisit au magasin, et ne se gêne pas pour dire qu’elle trouve cela étrange que des garçons puisse même aimer et porter cette couleur.

    J’essais du mieux que je peux d’éviter que mes enfants soient  »bombardés » de symboles dont ils ne comprennent pas encore la signification. Les produits ont des publics ciblés, on ne peux pas le nier, même si on ne censure pas, par exemple les princesses pour notre garçon, ça reste que ce produit n’est pas destiné à lui et sert tout de même à diviser. Je préfère utiliser des produits qui ne se sert pas ou moins du genre sexuel pour vendre facilement et plutôt prendre en compte l’intérêt de mes enfants quand ils vont dans le même sens que les valeurs que je souhaite leur apprendre. Je pense que c’est comme ça qu’on établi une base solide et qu’ensuite ils pourront faire eux-même leur choix en étant conscients.

    Je ne laisse pas mon garçon sortir à l’épicerie par exemple, avec une barrette dans les cheveux, je lui ai expliqué que c’est un accessoire plus féminin, même si de manière utilitaire cet objet peut servir à éviter d’avoir les cheveux dans les yeux. Il y a également de jolies accessoires qui sont plus masculins et que je ne verrait pas ma fille porter sauf pour jouer. Finalement, l’important c’est d’accepter que nous sommes tous unique, c’est tout, alors que ces produits divisent puis catégorisent pour que nous soyons finalement tous pareils en train de se chicaner et consommer inutilement, les filles comme si et les garçons comme ça. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *