Les 12 travaux des parents

5

À l’approche de Noël, chaque année j’ai envie d’écouter Ciné-cadeau.  Souvenirs d’enfance que j’ai envie de revivre avec mes enfants.   Lucky Luke, Charlie Brown et Astérix.   Tous les Astérix.  Chaque année dès qu’il neige, je vais voir l’horaire de diffusion de Ciné-cadeau et je suis déçue parce que ça commence beaucoup trop tard.  Et là, on se rend compte que je passe beaucoup trop de temps sans conversation avec des adultes, parce que je me suis mise à penser qu’on pourrait faire une version parentale des 12 travaux d’Astérix.  Tsé, une version ou le parent doit réussir toutes les épreuves sinon, ben rien, son enfant est plus fort que lui je pense.  Bon c’est pas encore au point comme scénario, mais je suis rendue à l’étape d’imaginer les 12 travaux des parents.

 

1.   Le souper avec bébé (qui braille) .    Vous devez préparer à souper, avec un bébé qui n’a pas dormi suffisament, qui fait des dents et qui ne veut que vos bras.   Et pour ajouter à la difficulté, ajoutez 2 ou 3 enfants qui vous tournent autour parce qu’ils ont faim là là.

 

2.   L’habit de neige et le Terrible Two.   Vous devez réussir à enfiler l’habit de neige et tous les accessoires à votre Terrible Two qui a décidé qu’il restait à la maison alors que vous devez être à votre rendez-vous chez le docteur dans moins de 20 minutes.  Évidemment le Terrible Two est un spécialiste du bacon et secoue énergiquement ses jambes renvoyant ses bottes valser très loin chaque fois que vous tentez de lui mettre.    Pour pimenter le tout, lorsque vous aurez enfin réussi à tout mettre votre Terrible Two vous annoncera : Maman, j’ai envie de caca.

 

3.   Le matin retard.   Votre cadran n’a pas sonné et vous vous rendez compte qu’il reste 20 minutes avant que l’autobus passe pour ammener vos enfants à l’école.   C’est bien entendu le matin ou votre conjoint est absent et vous devez vous débrouillez seule pour faire déjeuner, peigner et habiller tout ce beau monde qui est comme à l’habitude au slow motion le matin.   Rendre le tout un peu plus éprouvant?   Vous vous étiez couchée la veille sans faire les lunchs des enfants, en vous disant : Bah, je vais me lever 10 minutes plus tôt pour faire ça.

 

4.   La couche explosive.   Vous êtes en visite, dans un endroit ou il n’y a pas de table à langer ou tout autre endroit propice au changement de couche.  Genre chez le notaire.  Et votre bébé fait un caca , hum, débordant.   Il avait mangé des bleuets la veille.  Beaucoup de bleuets.   Vous devez changer la couche avec les moyens du bord.    Bonus point :   Vous aviez laissé le sac à couche dans la voiture la nuit passée.  C’est l’hiver.  Les wipes sont gelées.

 

5.   La grippe.   Vous avez la grippe.  La vraie.   Vos enfants sont en pleine forme.  Vous devez survivre à la journée – et nourrir tout ce beau monde là, toute seule parce que bien sûr personne ne peut venir vous aider.   Challenge supplémentaire?  C’est l’hiver, il y a du verglas, l’électricité vient à manquer.  Vous ne pouvez donc pas compter sur la télé ou l’ordi pour vous libérer un peu.

 

6.  La sieste obligatoire.   Vous avez un party de famille en soirée, ou votre enfant a un spectacle de danse tard le soir, ou n’importe quelle autre activité qui provoque chez votre progéniture un énervement hors de l’ordinaire.   Vous voulez donc qu’il dorme un peu en après-midi.  Votre enfant lui, trop énervé par ce qui s’en vient, fera tout pour ne pas dormir.  Combat à finir entre vous deux.   Pour faciliter la chose ( pour votre enfant je veux dire) , cette journée là, votre voisin sera en train de refaire sa toiture.

7.  Le retour à la maison en voiture.   Vous avez un rendez-vous au centre-ville avec bébé.   Tout se passe bien.  Vous devez retourner à la maison.  À l’heure de pointe.   En traversant le pont Champlain (tsé, je suis d’actualité.)    Faire 1h30 d’auto pour retourner à la maison, lorsqu’on est sans cesse arrêté, avec un bébé qui a chaud, a soif, a faim, a froid, a régurgité, a besoin d’être changé, alouette, sans devenir fou.   C’est pas assez pour vous?  Rajouter un passager d’environ 2 ans dans votre voiture, qui , au moindre signe d’assoupissement de bébé, s’assurera de le garder bien éveillé en hurlant qu’il a soif, qu’il est tanné, qu’il a faim, qu’il a chaud, qu’il a froid etc.

8.  L’invitation à souper.   Vous êtes invités à souper chez des amis qui n’ont pas d’enfants.  Ils insistent pour que vous ameniez votre progéniture, vous assurant que leur appartement est adapté à vos petits monstres.   Vous arrivez, vous remarquez tout de suite les chaises de cuisine blanches, le tapis tout près de la table, les 345436 affaires cassantes à portée de main, les 3588690 boutons qui appellent vos enfants.   Le repas va être finalement servi à 19h30 .   Et il va contenir tout plein d’affaires que vos enfants vont refuser de manger.  Ajoutons l’insulte à l’injure :  vos amis possèdent un merveilleux chat, doux et … sauvage.   Vos enfants seront en amour avec le chat, qui lui les détestera.   Surtout lorsque ceux ci iront piger dans ses croquettes pendant que vous essayez de finir votre assiette .

9.   Le regard.    Votre enfant veut vraiment quelque chose.  Pas quelque chose de too much, juste quelque chose que vous ne voulez pas.   Lire une autre histoire avant le dodo, manger des bonbons comme collation, adopter un chiot.   Supplications, promesses.  Et vient le regard.  Vous savez, CE regard, avec des p’tits yeux doux, celui qui fait fondre votre coeur de parent.   Vous devez résister. Bonne chance.   Si ce n’est pas assez difficile, votre enfant pourra ajouter les mots magiques :  Je t’aime beaucoup, beaucoup maman, en vous faisant un câlin.

10.  La Silly Putty.   Votre chum achète de la Silly Putty à vos enfants.   Ils ont du fun, ils sont incapable d’arrêter de jouer avec alors pour acheter la paix (voir l’épreuve numéro 9) il leur dit que oui, ils peuvent dormir avec la Silly Putty.  Juste pour ceux qui n’ont pas le bonheur de connaître la Silly Putty, je laisserais mes enfants aller dormir avec un Sharpie et une gomme avant de la Silly Putty.   Le lendemain matin, alors qu’il est parti travailler, c’est vous qui devez vous arranger avec les dégâts que ça a fait dans leur lit.   Comme c’est beaucoup trop facile avec Google de trouver une solution à votre problème de draps collés, enrichissons l’expérience en ajoutant un peu de Silly Putty dans les longs cheveux fins déjà impossibles à démêler de votre fillette.  (Cette épreuve n’est pas du tout basée sur un fait vécu.  Du tout.  Hum. Hum.)

11.  La première soirée.   Vous faites garder votre bébé pour la première fois depuis sa naissance pour sortir avec votre chum.   Vous devez résister à l’envie de parler de vos enfants toute la soirée et surtout, surtout, de téléphoner à la maison pour savoir comment tout se passe.   Augmentons le degré de difficulté : vous allez au cinéma et vous devez résister à l’envie de dormir pendant le film pour rattraper tout le sommeil manquant des dernières semaines.

12.  La photo de famille.   Vous avez 4 enfants.  Vous devez réussir à prendre une photo de famille potable : personne avec les yeux fermés, personne avec les doigts dans le nez, tout le monde qui regarde la caméra.   Sans devenir fou.   Y’a pas de difficulté supplémentaire, c’est déjà assez dur de même!

9 commentaires

  1. J’ajouterais avoir la gastro tout en s’occupant de son enfant qui l’a aussi (et qui nous l’a donné, bien sûr)! Le summum de l’épreuve à mon avis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *