L’échelle de douleur, réinventée

moimesenfants16

 

Je ne sais pas si vous aviez vu l’image ci-haut sur notre page Moi mes enfants.   Elle avait donné droit à une foule de commentaires assez hilarants.

Elle m’a aussi fait penser que ça serait une bonne mesure pour une échelle de douleur.  En tout cas plus significatif que lorsque le docteur te demande « sur une échelle de 1 à 10, quel est votre niveau de douleur? » .

Je vous présente mon échelle de douleur personnalisée:

 

  1. Se cogner le petit orteil sur un coin de mur en entrant dans la chambre de bébé en plein milieu de la nuit.
  2. Recevoir un coup de botte qui revole parce que « Terrible 2 veut pas mettre de bottes pour aller jouer dehors. L’hiver. À moins mille. »
  3. Mes filles qui décident de jouer à la coiffeuse avec moi comme cobaye.
  4. Recevoir un coup de pied dans les côtes, parce qu’un enfant s’est invité dans ton lit dans le milieu de la nuit et qu’il trouve que 90% de la place ce n’est pas assez.
  5. Recevoir un coin de livre dans l’oeil, alors que tu essaies tant bien que mal de lire l’histoire du soir.
  6. Marcher sur un Lego/Playmobil/tout autre petit jouet démoniaque en entrant dans la salle de jeux.
  7. Recevoir un coup de tête en pleine figure parce que le père chatouille l’enfant.  (Bonus :  oui, ça se peut que vous ayez le nez cassé!)
  8. Ton enfant qui échappe ta caméra par terre/ brise ton XBox/ détruit ta collection que tu conserves depuis toujours (a changer selon vos priorités!) .  C’est pas physique, mais ça fait mal.
  9. Accoucher.
  10. Mon gars qui décide de jouer à la coiffeuse avec moi comme cobaye.

La vôtre, elle ressemble à quoi?

 

 

2 commentaires

  1. Hahahahaaaaa! Trop excellent! Dans la mienne, il y aurait certainement « Recevoir un coup de tête en pleine figure parce que l’enfant a décidé de faire une crise du bacon dans mes bras. » et aussi « Se cogner un orteil sur la ?*+%&(? de chaise haute pour la 2 millionième fois parce que les gens qui l’ont conçue n’ont pas pensé qu’on n’a pas cinq mètres carrés à consacrer à la chaise haute. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *