Le jour où j’ai découvert que ma mère est une sainte. Ou l’hiver chez nous.

1

L’autre jour je feuilletais des albums photos pour retrouver une photo de mon enfance.  Et me revoyant les photos de moi en ski, ça m’a frappé:  ma mère est une sainte.   Chaque samedi, elle nous trainait en ski moi, ma soeur et mon frère.  Toute seule.    Le dimanche, on retournait en ski ou bien on allait patiner, ou glisser.  Bref on jouait dehors.  En famille.  Toute la journée.

Ma mère est une sainte c’est certain, parce que si vous avez des enfants vous savez ce que ça représente l’hiver.

Je suis chanceuse parce que j’ai des enfants qui aiment jouer dehors (bon on a pas le câble, ça aide sûrement!).  Et malgré ça, si on me disait que je devais sortir seule avec ma gang toutes les fins de semaines – de 8 heures le matin jusqu’à 17 heures – je trouverais probablement le moyen d’hiberner.

Parce que l’hiver avec des enfants ça veut dire :

–  S’obstiner avec la grande qui trouve que c’est ben correct d’aller jouer avec des gants magiques à -325 degrés dehors.

–  Découvrir qu’elle veut mettre ses gants magiques parce qu’elle a perdu sa 4ème paires de mitaines de l’hiver.

–  Se rendre compte au moment d’habiller tout le monde que la p’tite deuxième a foutu son pantalon de neige en boule dans le fond du garde-robe au lieu de l’accrocher sur la patère.  Et qu’il est donc encore tout mouillé.

–  Prendre 45 minutes pour habiller tout le monde.   Entendre « Maman, envie de caca » au moment ou on met finalement le pied dehors.

–  Expliquer 3453 fois à Miss Dragon que non, je ne peux pas diminuer l’intensité du vent.

–  Essayer de pelleter l’entrée en remettant la mitaine tombée pour une 32421ème fois.

–  Aller déprendre Fiston qui a calé en voulant suivre ses soeurs.   Se rendre compte que sa botte est restée prise.  Qu’elle est remplie de neige

–  Gèrer la crise de Fiston qui ne veut pas rentrer pour changer de bottes.

–  Gèrer la crise de Fiston qui ne veut pas ressortir dehors.

–  Entendre au loin « Maman, j’ai envie de pipi.  Ca presse. »  Courir pour éviter le désastre.  Perdre une botte dans la neige.  J’ai pas de bottes de rechange, moi.

–  Se geler les doigts à rattacher tuques, lacets et fermetures éclair.

–  Gèrer un enfant qui veut glisser, alors que l’autre veut patiner et que les deux autres construisent un fort.

–  Être complètement gelée. Essayer de faire rentrer les enfants.  Qui ne veulent rien savoir.

–  Promettre un chocolat chaud – avec des guimauves – pour que les enfants rentrent.

–  Se faire crier après pour avoir de l’aide avec les bottes.

–  Contempler les 6 paires de bottes, 5 habits de neige, 10 paires de mitaines, 3 cache-cou (on en retrouvera un au printemps), 8 tuques , mouillés qui trainent partout.  Ramasser le tout pour que ça sèche.

–  Recommencer après dîner.

Une chance que mes enfants aiment l’hiver.

 

8 commentaires

  1. Et bien, je vénère également ta maman!! L’hiver à la maison, on essaie de faire nos promenades et jeu dehors mais on essaie aussi de varier les activités à l’intérieur. Ce n’est pas parce que l’on est dans la maison qu’on doit nécessairement être devant la télé. Pour les mitaines perdues, j’ai réglé le problème. Je couds chaque mitaines sur le bout d’un lacet (en prenant soins de découper le bout dur) comme pour les bébés et ce même si mes cocottes on 5 et 7 ans!

  2. Toi aussi t’es une sainte. Moi après 30 min dehors avec ma fille j’ai ben hâte de rentrer. Elle aime pas mal plus être dehors que moi. Une chance parce que sinon on irait juste jamais dehors. Moi j’ai jamais aimé ça être dehors. Pis j’aime pas plus ça depuis que je suis mère.

  3. Je suis éducatrice en milieu familial, je m’occupe donc de 6 cocos âgés de 13 mois à 4 ans et demi. On est juste au mois de novembre et je sacre déjà en priant pour que le printemps arrive en février (l’hiver est arrivé en novembre, le printemps pourrait ben arriver en février non?). Sur 6, j’en aie 1 qui s’habille complètement seul et une à moitié. Une fois que tu pense avoir fini de tous les habiller, tu te rend compte qui en a 2 qui ont enlevé leurs mitaine et un ses bottes. Une fois dehors les 2 en bas de 2 ans font juste pleurer parce qu’ils ont de la misère à bouger et les 3 2 ans (oui, oui 3 de 2 ans) pleurent dès qu’il tombe. Après on rentre, et tout la gang chiale qu’ils ont chauds si j’ai le malheur de ne pas les déshabiller en premier… En bref, 30 minutes les habiller, 10 minutes les déshabiller, 20 minutes dehors à entendre chialer! Juste mon 4 ans et demi que j’entend pas… J’HAIE L’HIVER!!! 😛

    1. Tu es une sainte. Toutes les educatrices qui sortent les petits l’hiver le sont a mes yeux! J’en ai juste une et je gruge le cadre de porte pour pas la presser plus que sa. Et elle adore l’hiver (a mon grand damn)_ mais son papa aussi 😉 alors HOP vas pelleter avec papa ma poulette!!! Moi je regarde de la fenetre du salon 😉 hihihi

  4. Je trouve aussi que tu es une sainte! Si j’étais une maman à la maison à temps plein, je ne sais pas si j’aurais le courage de sortir tous les jours avec les enfants! J’admire aussi toutes les éducatrices qui le font avec plusieurs enfants! Je leur lève mon chapeau!

  5. Moi aussi je suis éducatrice en milieu familial et ouf… Je suis bien d’accord avec toi Annie G. Ce n’est vraiment pas évident. Je mise énormément sur l’autonomie, à ce temps ci de l’année c’est plus long mais je sais que plus l’hiver avance et plus les enfants seront bons alors je garde espoir!

  6. Oui, tu es une sainte!! moi j’hai avoir froid, mon fils adore la neige (il est monté sur le comptoir pour voir la neige et surveiller qu’elle ne fonde pas pendant son déjeuner!) il a 3 1/2 ans et il a des étoiles dans les yeux à l’idée d’aller dehors… ,j’envoie mon chum en mère indigne que je suis: mon excuse: j’ai pas de salopette et de tuque (et n’ai pas l’intention d’en acheter!). Cette année, il veut des pa11 loltins, calvère! mais ça aussi j’en ai pas et mon chum oui, quand j’ai eu une bulle d’en faire, que je suis tombée, j’ai eu froid, le nez coule… mon chum les a gardé, il va en faire du patin, le chanceux

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *