J’suis plate!

Je sais, je sais, je suis plate.   J’ai rien à écrire.   Parce qu’il ne se passe absolument rien de palpitant ces derniers jours.  Rien.  Niet.  Nada.   Pourtant, d’habitude c’est à moi que tout arrive,  je suis dotée d’un talent incroyable pour faire une folle de moi, mais là que dalle.   Ne vous inquiètez pas, avec ma chance habituelle, je devrais faire une gaffe ou deux d’ici quelques jours et vous allez pouvoir rire à mes dépends.  En attendant, je vous conte le highlight de ma semaine .  (Je vous ai prévenu , c’est une semaine plate, plate, plate…)

—-

Je suis au boulot, je sers un client, puis là j’ai au moins 10 collègues qui rodent autour de moi.   Je regarde mes pantalons pour être sûre que je ne me suis rien échapée dessus, ou que je n’ai pas une des petites culottes qui sortent du bas.   Non, rien pantoute.   Fuck, ca me prend un miroir, je dois avoir une barre de crayon dans la face (ouaips, ca m’est déjà arrivé – souvent – ca aussi).  Jusqu’à ce qu’une des filles sur le bord de s’évanouir me murmure à l’oreille:

– Chanceuse c’est Steve Bégin…

Moi, avec ma face je-comprends-rien-pantoute  :  C’est qui ca?

Les 20 collègues qui c’étaient maintenant amassés près de moi m’ont lancé un regard assassin.  Parraitrait que je suis une inculte de ne pas connaître le fameux joueur du Canadien.

J’vous l’avais dit que ma semaine avait été plate.

Celle de Chéri a été plus haute en émotions.   Dimanche est sa journée de congé, seul avec Zucchini.  Samedi, maman a eu la bonne idée de donner a Zucchini du blé d’inde pour dîner, suivi de succulents bleuets pour dessert.   Parraîtrait que c’est une combinaison euh gagnante, pour passer une journée à changer des couches :p

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *