Jeudi confession

L’an dernier, je me suis confessée :  j’ai cédé à la folie des lutins.  Ben oui.

Cette année j’ai fait pire.

L’an dernier, à l’école, y’a une fillette qui avait un lutin géant.  Ses parents avaient probablement attendu à la dernière minute pour s’en procurer un et c’est tout ce qu’il restait.  C’est la seule explication logique à payer beaucoup trop cher pour une genre de poupée.

Jusqu’à ce que je vois les yeux d’envie de Punky.   J’ai compris ce qui avait motivé les parents en question.  Mais je n’avais toujours pas 100$ pour un lutin.

Cette année, des lutins y’en a partout, pas besoin de faire le tour de la ville pour en trouver un à la dernière minute.  Ce qui veut dire pas de surenchère.  Au contraire.

Faque j’ai vu un lutin géant au magasin du coin.  Et je me confesse : je l’ai acheté, juste pour voir la face de mes filles.   Et ça valait la peine.  On a des enfants qui ont eu une réaction qui aurait méritée d’être filmée.

Oui, je suis passée de j’aurai jamais de lutins à on est propriétaire d’un lutin géant.   Ouin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *