Jeudi confession

Fiston a été malade il y a quelques temps, malade au point de refuser de manger.   Et après trop de jours de fièvre et de Junior amorphe, on a fini par aller consulter.   Au triage, l’infirmière pose les questions d’usage : fièvre, alimentation, mouillage de couche etc.   Et là moi de lui dire qu’il refusait de manger mais qu’au moins je réussissais à l’allaiter.   Silence de la part de l’infirmière qui n’a pas l’air de trop comprendre.   Bah.

Retour dans la salle d’attente, on voit la doc tout de suite ou presque.   Elle demande des prises de sang, radio et tout le tralala puis vu l’état de Junior nous demande d’attendre les résultats à l’urgence.    Une infirmière nous ammène dans une chambre pour faire les prélèvements.   Accompagnée de 3 autres, elle s’installe pour essayer de piquer Junior, qui malgré son état amorphe, a pas vraiment le goût de se faire taponner et se débat pas mal.

Je peux l’allaiter pendant que vous le piquez, ça va le calmer.

–  Euh.  ( …)   Euh.  Ouin.  ok.

Fini les prises de sang, on attend d’aller prendre une radio et là, j’entend les infirmières qui se parlent au poste (qui est à 2 mètres de la chambre). D’ailleurs petit conseil pour vous mesdames :  Quand vous êtes pas loin de même, on vous entend.  Surtout quand on est parent pis qu’on sait que ce qui est dit à voix basse c’est souvent le plus intéressant ou le plus compromettant.

Euh, est-ce qu’on les retourne dans la salle d’attente en attendant les résultats?

– Ouin, euh, je sais pas trop là, la madame (HA!HA!) elle allaite.  ( dit sur un ton qui frôle l’indignation)

– Ouin, euh.  Je pense qu’on devrait les laisser ici.  (sur un ton qui implique que je vais sans doute scandaliser la salle d’attente entière les pauvres)

 

Pis là, je me dis que je devrais protester, que d’allaiter un bambin c’est pas la fin du monde, au contraire.   Pis j’ai le goût de leur dire que si j’étais pas si convaincue du bienfait de la chose elles me feraient sentir comme une extra-terrestre.   Et qu’elles peuvent ben garder leurs jugements pour quand je serai partie au moins.

Mais confession :  j’ai rien fait de ça pantoute.   J’ai fait semblant de rien avoir entendu.  Je me suis calée dans la chaise berçante avec Junior qui avait fini par s’endormir .  Parce que je voulais juste pas retourner dans salle d’attente écouter les Feux de l’Amour avec 3 ou 4 p’tites madames qui allaient venir me jaser et 2 ou 3 enfants qui allaient réveiller fiston.  Faque j’ai pilé sur tous mes principes pis j’ai fait une mini sieste pour oublier tout ça.    Parce que des fois, même si je devrais pas, j’ai l’indignation variable.

 

 

P.S.   Je sais, y’en a qui sont scandalisés de savoir que j’allaite encore.    J’ai lu un texte ce matin qui m’a un peu inspiré ce billet :   http://naturalparentsnetwork.com/how-old-is-too-old-to-breastfeed/  , allez le lire.    Parce que je pense qu’il y a ben des affaires plus scandalisantes que ça.

19 commentaires

  1. Ayoye… Pis après, on nous dit et on nous répète que les gens du système de santé sont très pro-allaitement…! Dire qu’ils nous harcèlent au début, et que plus tard, ils nous font sentir comme de la marde parce qu’on continue… Aaaaaargh!

  2. Faut regarder ca du bon côté…

    Quand t’es riche, tu fais jaser. Quand t’es trop belle, tu fais jaser. Quand t’est juste une coche en haut des autres tu fais jaser. Quand tu réussis, tu fais jaser. Quand tu t’assume, tu fais jaser. Quand tu allaites, tu fais jaser. Quand tu pratique le cododo, tu fais jaser….

    Ca fait parti des choses que tout le monde ne fait ou ne réussit pas, ca fait jaser.

    Et comme nous, les allaitantes longue durée, faisons parti d’une minorité (comme les riches, les trop belles et les autres), on a tout intérêt à faire comme toi : fermer les yeux et continuer sereinement ce qu’on fait.

    Nous savons, vous savez, elles savent qu’on fait la bonne chose et ca dérange, que voulez-vous!

    Heureusement il y aura toujours des mamans comme nous qui ne s’empêchont pas d’allaiter pour quelques commentaires déplacés.

  3. En tant que maman qui a allaité 16 mois et en tant qu’infirmière, je te félicite d’allaiter encore! Ce sont de beaux moments à partager avec ton fils et tu donnes le meilleure de toi-même! Ton fils aurait peut être été encore plus malade si tu l’avais pas allaiter et peut être pas, mais reste que ça devait être rassurant pour lui de pouvoir encore le faire. Tu as toute mon admiration!

  4. J’ai allaité mon dernier jusqu’à 4 ans passés et, mon plaisir était de voir la face des gens quand je leur annonçais… de toute beauté ! Je crois aux bienfaits de l’allaitement tant physiques que psychologiques pour l’enfant et, je recommencerais la même chose sans hésitation !

  5. Je te comprends tellement !! J’allaite mes enfants jusqu’a deux ans et même parfois dans la famille plus proche tu sens le mal l’aise face au faites que j’allaite mes ptits coeur aussi longtemps. Et même si je reste persuadé des bien faits de la choses et que je n’arreterais pas pour autant ,j’aurais peut-être eu les larmes au yeux  »moumoune  » comme je suis si j’avais été a ta place. Grace a ton partage d’histoire du genre ,ben jme sens plus forte pour les prochaines fois si ça m’arrive. J’vais penser a toi lol

  6. Quand je parle que j’aimerais allaiter un an… Je me fais beaucoup juger pis ca me fait de la peine. « ben là c’est parfait les trois premiers mois mais après… » ppppffff. Je t’encourage xxx

  7. C’est surtout parce que c’est rare et méconnu que ça fait parler car personne ne peut revendiquer les bienfaits de l’allaitement sur un bambin!
    Le problème c’est l’allaitement public qui rend bcp de gens malalaise!!
    Je pense que le monde ont peur des seins plein de lait, d’un coup qu’on les attaque… 🙂

  8. T’es vraiment pas chanceuse ! 🙁 Câline que c’est déplaisant, ça ! Parce que moi, à l’hôpital, quand je dis que j’allaite, la plupart du temps on me félicite ! Ou bien, on trouve ça normal, puis on n’en fait pas de cas.

    Sauf une fois où un infirmier à paru mal à l’aise au triage puis m’a dit que ça ne prendrait pas de temps, qu’il ferait vite (clairement, il n’avait pas compris que ce n’était pas pour « alimenter » la petite mais bien lui offrir du réconfort lorsqu’il prendrait sa saturation ou autre (faut dire que ma fille peut parfois être traumatisée, hein, comme elle a subi une opération importante, elle reste craintive lors d’autres visites à l’hôpital).

    M’enfin …. moi, je pourrais me confesser de toujours utiliser la malformation cardiaque de mon enfant pour leur demander d’être placée en retrait avec la petite. (oups, hihihi). Puis la dernière fois, un gentil préposé m’a même apporté une chaise berçante pour que je puisse être confortable en attendant d’être vue par la médecin.

    Puis même, Camille prend le sein, encore, même s’il n’y a plus de lait puis lorsque j’ai vu le médecin spécialiste pour moi la semaine passé, elle parlait d’allaitement de confort puis ne semblait pas étonnée … Moi, je me dis, les choses vont finir par changer et les gens (surtout ceux oeuvrant en santé) vont finir par s’ouvrir, du moins, je l’espère ! 🙂

  9. Lui donner le sein même si ya pu de lait !! ??? Ayoye !! Sans joke, reliser vous avant de publier … serieux, c’est vraiment bizarre. C’est pas une suce, mais un sein. UN SEIN. Ayoye. Sans joke.

    1. Sans joke quoi? Peux-tu nous expliquer ce qu’il y a de si choquant?

      UN SEIN. BEN OUI TOÉ! Tsé la, la partie du corps faite pour nourrir et réconforter les enfants, et non pour faire bander les hommes?

    2. J’me demande bien sur quoi les fabricants de suces se sont basés pour avoir l’idée de commercialiser un objet à téter pour le réconfort !?

      Le réflexe de succion est naturel et la tétée, réconfortante… En plus, le sein l’offre, alors pourquoi pas ?!

    3. Merci jaslabarack d’en rajouter avec un commentaire plein de jugement qui démontre juste les effets qu’ont eu sur toi plusieurs années de conditionnement de la pensée occidentale quant à l’allaitement, l’attachement affectif et physique dans le lien mère-enfant. Vraiment bravo…

  10. Je te trouve chanceuse de pouvoir allaiter encore. Mon petit dernier du moment (parce que la famille n’est pas finie) s’est sevré tout seul à 15 mois… j’aurais bien continué… on s’en fout des autres mais je comprends ton agacement surtout venant de la part d’une équipe médicale… moi je te dis bravo !

  11. Aux urgences, avec bébé tout gastro-ifié, j’ai eu affaire à un doc qui nous a dit que sans l’allaitement, il aurait pu y passer, mais qu’à son âge (11 mois à l’époque) il faudrait que je songe au sevrage. Comme une envie de répondre « ouai ben je préfère un enfant allaité en vie qu’un mort dans la norme sociale ». Mais je ne fais pas de scandale quand Monsieur Papa est là…

  12. Ma fille est au sein et elle a deux ans et deux mois donc plus ET tu meurs ptdr, tu as très bien fait j’espère que ton petit lou n’a rien eu de grave

  13. J’ai vécu la même chose que toi dans les derniers jour, avec un bébé de 25 mois qui fait près de 40° de fièvre depuis 4 jours… quand ton fils ne mange plus depuis 2 jours, tu es contente qu’il prenne le seins 3-4 fois dans la journée!! Avant 1 an c’est donc beau pis t’es donc bonne… mais passé cet âge là c’est choquant, dégueulasse, bref donc mal vu… Tu veux pas que les gens le sache, et ça te gène même dans parler à la famille 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *