Jeudi confession

 

En général, je suis quelqu’un qui assume pas mal ses décisions.  Tsé, c’est moi la fille qui a (fièrement) déclaré à la dame de Passe-Partout qui mettait les parents en garde contre les enfants qui osaient s’aventurer dans la chambre des maitres la nuit, que j’avais même pas de bassinette.

Mais des fois, y’a des choses que j’assume pas pantoute.   Une de celles-là :  quand j’achète de la junk à l’épicerie.   Lire ici, quand je suis en SPM et que je vais à l’épicerie et que je pitche dans mon panier tout ce qui me fait envie : jujubes, sandwichs à la crème glacée et autres trucs du genre.   C’est mon p’tit secret honteux.  Mais vu que j’habite dans un petit village, et mon karma étant ce qu’il est, c’est quasi-certain que lorsque je suis en train de choisir une boite de biscuits aucunement santé, je vais apercevoir au bout de l’allée une connaissance :  la mère des amis des enfants – tsé celle qui mange toujours bien – ,  le directeur de l’école, mon dentiste ou encore l’infirmière du CLSC.   Qui me jugeront – du moins dans ma tête.    Et là, c’est ça ma confession, je m’assume tellement pas, que je camoufle mes craving en pitchant dans mon panier des trucs dont je n’ai même pas besoin mais qui paraissent mieux :  un sac de lentilles ça camoufle très bien un paquet de réglisses vous saurez.   Puis je me fais accroire que ce soir là, au lieu de manger un sac de jujubes au complet, je vais choisir le sac de p’tites carottes que j’ai mis par-dessus.  HAHAHAHA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *