Jeudi confession

Si vous avez des enfants, surtout si vous en avez plus qu’un, vous le savez le 5 à 7 dans une maison, c’est pas le party auquel on a été habitué dans nos années sans héritiers – quoique tout comme l’autre version, il peut se prolonger pas mal plus tard.   Le 5 à 7 c’est le rush souper, bains, dodo.  C’est là où les enfants sont fatigués et c’est l’heure où notre patience est un peu plus, hum, fragile.   Avec 4 enfants, ça peut parfois être rushant.   Ajoutez à ça un chum qui travaille souvent le soir et qui n’est pas là pour aider à gèrer tout ça, ça devient parfois éreintant.

Bon, avant que vous me canonisiez, je dois me confesser, quand Chéri n’est pas là, je deviens parfois une mère beaucoup plus cool pendant ce happy hour.   Une journée où il fait chaud et ma patience est à moins 1000 ?  Au lieu de passer un 3 heures à me faire suer, et à faire suer les enfants, je les mets tous dans l’auto, on part à l’aventure, on s’arrête manger dans un casse-croûte et on prend une crème glacée au retour.   Une soirée où la maison a l’air de l’apocalypse?  Ca m’arrive de leur dire d’aller se laver rapidement à la débarbouillette et de s’asseoir dans le sous-sol et je leur fais une soirée cinéma … qui devient pour moi une soirée relaxante à ramasser sans personne dans les pattes.   Une journée particulièrement éprouvante?  Je leur offre de faire un souper-déjeuner.  Ça les rend particulièrement heureux de manger des toasts le soir et moi ça me donne congé de souper et de vaisselle.

Parce que, comme pour les 5 à 7 originaux, y’en a qui sont plus pénibles que d’autres.

2 commentaires

  1. Ça me fait tellement de bien de lire tes articles Marie-Andrée! Je me sens souvent coupable de ces soupers déjeuner, ou ses moments de patience plus fragiles, et de te lire, et de voir que l’on n’est pas seul, ça fait du bien. Comme tu as une belle famille 🙂 xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *