Jeudi confession

Pour plus ou moins les 12 dernières années la vision d’un p’tit bébé tout neuf me faisait travailler les ovaires.  Je sais, je sais, j’ai quand même 4 p’tits mais reste que j’en aurais volontiers pris 1, 2 ou 3 de plus.  Bon, c’est pas vraiment rationnel pis toute, mais c’est ça.

Puis, les fêtes sont arrivés et il y a eu toutes les visites dans les familles et toute la patente.  Pis des p’tits bébés à câliner.   Et là, les p’tits nouveaux-nés me font pu rien pantoute. Nada. Même que je me confesse, c’est plutôt le contraire. Je le redonne avec plaisir aux parents pis je me félicite de ne plus avoir à changer de couches, de pouvoir dormir jusqu’à 10 heures le matin (bon en théorie, parce que je me réveille ben avant mes enfants qui se prennent pour des ados et dorment jusqu’à ben tard), et de pouvoir partir de la maison sans emporter 4324542 affaires essentielles.

Moi qui pensait que je devrais attendre ma ménopause pour que l’envie me passe, faut croire que tout ce que ça prennait c’était assez de chicanes de fratrie pis des roulements de yeux de préados.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *