Jeudi confession

Je l’ai dit plusieurs fois, l’affaire que je déteste le plus avec le retour au travail c’est de faire des lunchs.  Alors je me trouve des trucs pour que ce soit moins pénible.  Cuisiner d’avance, en grande quantité.  Acheter des affaires qui se préparent rapidement.  Pis plein de p’tits trucs de même.

Et là je me suis dit que je pouvais faire mieux.  Genre m’organiser pour que Chéri fasse plus de lunchs que moi. Bon, c’est pas si simple que ça.  Parce que je pense qu’il haït autant que moi faire des sandwichs.

Je me confesse, pour y arriver, je me suis servi de mes enfants.  Voyez-vous, je sais que par la flatterie je peux probablement y arriver.  Mais je sais aussi que Chéri ne sera pas dupe si je me mets à lui faire des compliments sur son talent d’artiste de la sandwich.  Faque je me suis arrangée pour que lorsque ce soit au tour de mon chum de faire les mausus de lunchs, il y ait de quoi faire de délicieux sandwichs.  Pains de qualité, plein d’add-on (tomates, fromage que les p’tits adorent, olives, name it).  Tsé le pain que mes enfants préfèrent.  Pis un peu de salami.  Toute.   Faque mes enfants se sont mis à complimenter leur père sur ses sous-marins.  Et à réclamer à grands cris que ce soit lui qui remplisse leurs boites à lunchs.  Ça vient d’eux, pas de moi… Comment il pourrait refuser?

Une mère écœurée, c’est une mère rusée.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *