Jeudi confession

Avant d’avoir mes p’tits, je savais que la maternité venait avec des sacrifices :  adieu longues nuits de sommeil sans interruptions, les soupers chauds et les pipis sans que personne ne cogne à la porte de la salle de bain.

Futurs parents,  ne vous en faites pas.  On s’habitue à manger froid, ils finissent par faire leurs nuits pis bientôt c’est vous autres qui allez les déranger pendant qu’ils occupent trop longtemps la salle de bain.

Je me confesse, l’affaire qui me manque le plus de ma prématernité, c’est rien de tout ça.  C’est ma mémoire.  Je sais pas ce que mes enfants ont fait, mais elle est partie.  Capout. C’est pas juste un cas de mommy brain, vous savez lorsqu’on range le lait dans l’armoire.  Nenon. J’oublie tout. Moi qui n’avait besoin de rien noter, je n’arrive même pas à me rappeler pourquoi je suis venue à l’épicerie.  Et invariablement, je repars achetant plein de trucs, sauf ce dont j’avais besoin. Par contre, je me rappelle la couleur d’assiette que chaque enfant préfère pour ses toasts le matin. Coudonc.

Mon cerveau est maintenant rempli d’informations, juste pas celles que je voudrais conserver pour fonctionner dans la vie de tous les jours.

Si vous me chercher, je suis dans mon sous-sol.  Pour la 52ème fois de la journée.  À me demander qu’est-ce que je peux bien être descendue chercher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *