Jeudi confession

Je vais être honnête, ça m’est déjà arrivé de juger un parent qui , j’avais l’impression, projetais ses rêves sur son enfant.

Bon, je sais, c’est pas beau juger, pis j’avais probablement même pas raison, mais reste que ça m’est arrivé.  Pis je ne suis sûrement pas la seule.

Mais le plus ironique là-dedans, c’est que je dois me confesser : je fais exactement ça.  À l’âge de ma fille, je rêvais de jouer au hockey.  Vraiment.  Mais à mon époque (je suis vieille tsé!), ça ne se faisait pas.  Les filles jouaient à la ringuette.

Mais là, mes deux filles du milieu ont eu la chance d’être dans une école qui offrait un programme de développement hockey-école.  Mes rêves d’enfance sont revenus à moi et je les ai inscrite un peu (ok, pas mal) pour me faire plaisir.  Lancer moi des roches.

Cours de musique?  Même affaire.  J’aurais aimé ça jouer de la guitare moi.

Bon, je respecte leurs intérêts pis toute, mais disons que des fois, je donne une petite poussée.  Et quand je les vois les quatre aujourd’hui en train de jouer au hockey dans la rue chez nous – SANS. SE. CHICANER. – ben je me dis que la pomme tombe pas trop loin du pommier pis que j’ai bien fait de les encourager à suivre … mes rêves.  Ok, les leurs aussi, inquiètez vous pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *