Jeudi confession

1

Je l’ai déjà dit, chaque fois que je sors avec la petite marmaille je me fais aborder par une p’tite madame qui me dit « Vous êtes donc ben courageuse! »  avec un air d’enterrement.   Mais confession :  la plupart des décisions que je prends au sujet de la maternité je les prends par paresse.  Ne vous émerveillez pas devant mes compétences parentales, en fait, je suis seulement paresseuse.

J’allaite? Vous vous dites, c’est demandant, c’est loin d’être toujours une partie de plaisir. Mais oui, c’est par paresse, je n’ai pas envie de laver des biberons.  Et surtout parce que je relaxe pendant que Chéri fait du lavage, du ménage et de la bouffe.  Et ramasse du vomi lorsque les grands ont la gastro.

Je fais du cododo?  Ok, ça personne ne pourra dire que ce n’est pas par paresse.  Parce que la nuit j’ai pas envie de me lever.  Et j’aime pouvoir dormir en allaitant.

J’ai eu 4 enfants. Là tout le monde me dit :  Je ne sais pas comment tu fais, tu ne dois pas avoir une minute à toi.   C’est que rendu à quatre, ils s’occupent entre eux.  Tellement que si j’avais de la difficulté à prendre une douche lorsque j’avais seulement Zucchini, aujourd’hui je peux prendre un bain dans le milieu de la journée sans problème.   Puis, les enfants font aussi toutes les tâches que je déteste : vider le lave-vaisselle, laver le plancher, passer la balayeuse etc.   Paresse 101.

Je suis super zen? On me complimente sur ma capacité à rester calme dans toutes les situations et à ne pas m’en faire pour des riens.  C’est parce que c’est beaucoup moins fatiguant de laisser le bébé manger ma chaussure que de l’en empêcher.

Je sors toute seule avec les 4?   Tout le monde voit ça comme une grosse montagne.  C’est parce que c’est beaucoup moins fatiguant d’aller faire des commissions avec 4 enfants que d’ajouter un Chéri qui lui me demande d’acheter 24543 affaires.  (Oui, oui, chez nous, c’est mon chum qui fait des crises de bacon pour acheter des biscuits à l’épicerie.   Bon, ok, peut-être pas le bacon, mais pas loin!).

Je suis la mère super cool qui apprends des trucs à ses enfants.   « Oh, je ne sais pas comment tu fais, je n’ai pas la patience de cuisiner avec mes enfants.  C’est tellement plus long. »   C’est de la paresse à long terme.   Parce que déjà, ils sont autonomes et dans quelques années, à 4 enfants, je prévois ne plus avoir besoin de cuisiner ou presque.  Prochaine étape, je leur montre à utiliser à laveuse.

Alors la paresse n’est pas un si vilain défaut.

10 commentaires

  1. Excellent! J’essaie de convaincre le chum d’en avoir un 3eme. Il est top paresseux, (qui se ressemble s’assemble qui disent.) je pense que je je vais lui faire lire ça.

  2. Tout ceci fait partie de la réalité d’une grande famille. J’en ai eu 5. Maintenant ils ont entre 20 et 30 ans et j’ai eu vraiment du plaisir. L’allaitement, les soins entre les frères et soeurs, l’épicerie en gang pour que tout soit prêt pour le week-end quand mon chum travaillait à l’extérieur de la ville…. , la popote collective, les tâches partagées oui j’ai connu tout cela et je ne regrette rien. C’est la joie.

  3. Combien de fois j’ai entendue . Vous êtes courageuse `madame’ … ou pauvre toi .. J’en peux plus.!
    Oui il faut exploité les bras en plus pour les tâches domestiques et leur montrer l’entraide. L’entraide , ça commence en famille. Avec mes 4 enfants , je suis une maman comblée et riche. Bravo , belle réflexion.

  4. Moi le courage c’est lorsque je sortais en bus avec les 3 plus vieux et le 4e au chaud dans mon bedon, le 3e dans l’écharpe, le 2e dans la poussette et la 1ere tenant gentiment la poussette. Fiston en portage avait libre-service au sein, celle dans la poussette ne pouvait pas s’Échapper et la grande me suivait. Courage? Le courage aurait été de rester enfermer par beau temps avec des enfants qui se chamaillent pour aller dehors! Une fois au parc, je suis sagement assise à lire mon dernier favori pendant que les enfants s’amusent, une sac à lunch prêt pour les petits estomac et disponible en libre-service, la plus grande servant les plus jeunes. Aujourd’hui avec 4 cocos de 15, 10, 7 et 2 ans, je suis monoparentale et je me porte mieux depuis que je ne gère plus les humeurs de monsieur 😉 et je trouve cela plus facile qu’à 2 même si je travaille à temps plein: ils s’occupent bien ensemble et aiment tellement aider leur maman! Et que dire des pyjamas party? Pas besoin de visite, à nous autres tout seuls on fait le party avec popcorn doudou et coller sur le sofa-lit! Ces moments magiques je les savoure au quotidien! :o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *