Jeudi confession

Avec 4 enfants, une majeure partie de mon temps est consacré à la bouffe.  Penser à qu’est-ce qu’on va manger.  Acheter ce dont on a besoin. Cuisiner. Ramasser la vaisselle.  Recommenser.  Encore, encore, encore et encore.

J’aime la bouffe. J’aime cuisiner.  Mais je me confesse, la bouffe c’est une des parties de la maternité qui me donne le plus d’urticaire.

Non, mais, des fois j’aimerais ça passer une semaine sans me casser la tête avec la planification des repas. Avec la préparation. Et surtout avec l’ingestion des dit repas.

Pas la mienne.  Celle de mes enfants. Parce que si c’est l’fun cuisiner pour quatre enfants parce qu’il y en a toujours au moins un qui apprécie ce que tu fais, c’est aussi vraiment chiant parce qu’il y en a souvent au moins un de pas content.   Mes p’tits ne sont pas difficiles. Ils mangent de tout. Mais ils sont aussi des enfants, ça veut dire qu’ils savent très bien sur quels boutons peser pour me faire perdre un peu de ma santé mentale. Dans ce cas ci : regarder l’assiette et dire qu’ils aiment pas ça.  Sans y goûter.  Et quand ça fait 3 heures que je planifie et que je suis dans la cuisine, ça se peut que j’aille le goût de faire des toasts pour une semaine.  Ou deux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *