Jeudi confession

3On a tous nos « pet peeve« , vous savez ces trucs qui nous tapent sur les nerfs, de façon un peu irrationnelle.  Les gens qui mâchent trop fort.  Les gens qui parlent trop fort au cellulaire au restaurant.  Les gens qui parlent pendant un film.  Vous voyez le portrait.

Avant d’avoir des enfants, j’en avais quelques uns, mais rien qui me faisait hérisser le poil sur les bras.

Et là j’ai des enfants. Quatre. Donc quatre fois plus de chance d’avoir quelque chose qui me tape sur les nerfs au point de me donner envie le goût de sacrer.  Pas de la faute de mes p’tits là.  Ce sont les gens, vous savez ceux qu’on rencontre un peu partout, à l’épicerie, au parc, chez la coiffeuse.  Ceux qui pensent qui connaissent tout sur tout.

La première affaire qui m’énerve, c’est ceux qui me demandent  » Sont-tu toute du même père? » .  Ce à quoi j’ai maintenant un éventail de réponses plus amusantes les unes que les autres.  Faque ce n’est plus vraiment un pet peeve, puisque c’est pas mal trop l’fun de voir la face des gens pas polis lorsque je leur répond « Je ne le sais pas« .

Je me confesse, l’affaire qui m’énerve le plus, de façon tout à fait irrationnelle, c’est les gens qui se sont donné comme mission d’éduquer mes enfants … sans mon consentement.  Vous savez cette caissière qui croit que c’est dans sa description de tâches de dire à mes enfants qu’ils ne sont pas assez tranquilles.  Ou ce gentil monsieur croisé sur le trottoir qui pense que c’est de son devoir d’expliquer à mes enfants à quelle distance ils doivent se tenir de moi.  Ou pire, cette madame qui en rajoute alors que je suis en train d’expliquer à ma progéniture de ne pas se balancer sur la rampe.  Votre champ d’action se limite à rouler des yeux pis à dire à votre conjoint(e) le soir venu, à quel point vous, vous éduquerez pas vos enfants comme ça.  (HAHAHAHA)

Je me re-confesse :  je suis capable de m’occuper de ma progéniture. Si, si.  On a peut-être pas la même vision de l’éducation, mais à moins que mon enfant soit en train de partir un feu dans le magasin,de menacer la sécurité d’un autre client ou de s’en prendre aux étalages sans que je sourcille, si tu dis à mon enfant comment il doit se comporter, je me réserve maintenant le droit de te dire comment toi tu dois te comporter, ce que tu dois mettre dans ton panier d’épicerie pis les sourires que tu dois distribuer aux clients.   Oui, oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *