Jeudi confession

Si vous êtes un parent, vous êtes sûrement déjà tombé sur un article qui explique que c’est bien beau la maternité/paternité mais qu’il faut également penser à son couple, ne pas s’oublier. Que c’est important de s’écouter, de se soutenir, d’avoir des attentions un pour l’autre.

C’est pour ça, je me confesse, que cette semaine j’ai encouragé mon chum dans la voie du vandalisme.

Je sais, je sais, nous sommes des parents, nous devrions montrer l’exemple pis toute la patente. Mais quand mon chum m’a téléphoné cette semaine pour me demander s’il pouvait faire une pancarte et aller l’installer à l’école en cachette je lui ai dit que non seulement ça me ferait plaisir, mais que j’allais l’aider en allant lui en acheter une.

Voyez vous, l’école de mes enfants partage la cour avec le stationnement de l’église. Donc techniquement, lorsque les parents attendent les enfants ils ne sont pas sur le terrain de l’école. Même si les enfants sont à deux centimètres des parents, ceux ci peuvent allègrement les emboucanner.

Comme c’est moi qui va chercher les enfants pas mal tout le temps, j’ai appris à m’installer à un endroit où mes enfants n’auront pas à traverser le nuage de fumée pour venir me rejoindre. Sauf que mon chum, lui ne le savais pas en allant chercher les filles cette semaine. Et voyant sa p’tite dernière recevoir une puff de cigarette avant le dîner, mon chum – se retenant à deux mains pour ne pas aller dire sa façon de penser aux parents – est allé voir la prof qui surveillait ce midi là pour se renseigner sur la légalité de la chose. Mais comme ce n’est pas sur le terrain de l’école, la direction a les mains liées. Mais pas mon chum.

Alors, moi et mon chum on a eu du fun, beaucoup de fun, à planifier son acte de vandalisme. Il est allé installer la pancarte sur la clôture du stationnement une fois la noirceur arrivée. Et depuis, on ri à chaque fois qu’on y pense.  Peut-être que ça ne changera rien pantoute, mais ça nous a fait un bien immense.

2 commentaires

  1. Vous avez tellement bien fait, tsé, à côté d’une école primaire! J’ai des mots d’église qui me viennent en tête à chaque fois que je vais à l’épicerie ou au centre d’achat et que je dois passer dans des nuages de boucane avec mes enfants, à moins de 9 mètres des portes d’entrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *