Jeudi confession

10156103_10151915433847820_1576272407_nAvec la job de parent, vient peu à peu la capacité d’ignorer les affaires qui auparavant nous levaient le coeur.    Interrompre son repas en plein milieu pour changer une couche débordante et continuer ensuite de manger son souper sans broncher tout de suite après :  pas de problèmes.  Ramasser un dégât de vomi dans un siège d’auto sans sourciller (mais non sans sacrer!) :  yep.   Essuyer de la morve à en plus finir :  mon quotidien.    Toutes ces choses qui, jadis, me semblaient franchement dégoûtantes sont aujourd’hui juste des affaires plates.

Mais, y’a toujours un mais, faut que je me confesse, y’a une affaire qui me répugne.   Les dents.   Vous savez la dent qui branle indéfiniment, qui ne tient que par un fil et que l’enfant refuse d’arracher :  yark.   Pire, cette semaine, au souper, il a fallu que j’aille récupèrer une dent sangignolante, fraichement tombée, dans la bouche de ma fille, paniquée parce qu’elle était terrorisée à l’idée de l’avaler.   Ça, c’est dégueulasse.

Pis comme si c’était pas assez, faut que je me faufile dans la chambre le soir venu pour la récupèrer et laisser ma fortune en échange.   Pis j’oublie souvent.  Alors ma fille se promène toute la journée avec sa dent tombée.  Je pense inventer une histoire de fée des dents qui ramasse les dents dans les poubelles et laisse l’argent sur le comptoir de la cuisine, question de souffrir un peu moins.

Un commentaire

  1. Moi aussi après oublié récemment j’ai dit à ma fille: peut-être que la fée des dents a été débordée cette nuit car il y a eu beaucoup d’enfants qui ont perdu des dents hier 🙂 Et ma fille m’a dit: effectivement dans ma classe on était 4 hier à avoir perdu une dent.Ouf pour la maman. La fée des dent à repris son retard bien sûr au courant de la journée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *