Humilier sa mère, avec son vocabulaire

Mes enfants sont bons dans bien des choses :  faire des faces cutes, donner des câlins, lire, inventer des histoire et … humilier leur mère.

Si les filles me donnent moins souvent l’envie de disparaitre six pieds sous terre en public, mon fils a joyeusement pris la relève de façon exemplaire.

C’est cute un enfant de cet âge dont le vocabulaire n’est pas tout à fait au point.  Tsé, quand fiston me dit qu’il y a une grosse mascotte dans la cour, au lieu d’une marmotte, ça me fait fondre.

Pour une raison que j’ignore, Junior inverse le « pû » et le « dû ».  Ça donne lieu à des phrases comme « Maman, t’aurais dû renverser mon verre en passant« .  Pis c’est quand même cute.

Jusqu’à ce que je sois dans un stationnement avec mon fils et qu’on rencontre une mère avec ses enfants.  Et que l’un de ceux ci décide de s’échapper de la main de sa mère qui tente tant bien que mal de le rattraper tout en essayant de retenir ses autres enfants.

Fiston s’est fait dire à plusieurs reprises de ne pas s’éloigner de moi dans les stationnements, et après 3245423 avertissements il se pense un peu (!) bon lorsqu’il se rappelle de me donner la main pour ne pas se faire écrapoutir.  (Ses mots, pas les miens).

Faque lorsqu’il a vu le garçon s’élancer, il s’est écrié :  Maman.  Il aurait DÛ se faire frapper!

Je me suis dépêchée d’entrer dans l’épicerie – en répétant à mon fils aurait PÛ, aurait PÛ – sous le regard d’incompréhension de la mère qui devait se dire que si Fiston marchait si près de moi c’est parce que chez nous on faisait des menaces aux enfants.

Désolée Madame, on ne souhaite pas vraiment de malheur à personne!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *