Complexes

Mon enfance s’est déroulée dans les années 80, avec les chandails au Coton, Cindy Lauper, et les permanentes.

Pis moi je voulais être in. Je voulais une permanente. Et ma mère avait accepté. Ma tante qui avait suivi un cours de coiffure (ca aussi c’était in dans les années 80) était venue à la maison et m’avait fait ca. J’étais tellement fière ! Malheureusement, 24h plus tard, mes cheveux était à nouveau aussi raide que des poils de blé d’inde.

Ne reculant devant rien pour que je ne sois pas la seule fille de l’école avec les cheveux plats, plats, plats, ma mère m’avait ammené chez sa coiffeuse. Celle qui lui faisait ses permanentes à elle. Je m’en rappelle encore, elle s’appelait Carmen. Carmen s’était extasiée devant mes cheveux, si raides, si fins. Je ne savais pas ma chance. Mais je voulais faire comme tout le monde, je voulais des belles boucles. Elle me fit donc une autre permanente. Qui a tenu elle aussi un gros 24 h. J’avais le cheveu rebelle.

J’ai fini par accepté l’état des choses. Faut dire que le frisé est passé de mode assez rapidement. J’ai pu me reprendre dans le gauffrage de cheveux.

Pis par un genre d’ironie du destin, après avoir accouché, mes cheveux raides que j’avais apris à aimer, ben ils sont devenus frisés … à moitié. Oui, je ne frise que de l’arrière de la tête. Ben élégant.

Mais ma fille elle, elle a de jolies boucles. La chanceuse. Et devinez quoi? Elle déteste ca. Elle veut les cheveux raides. Elle m’a demandé de se faire couper les cheveux pour qu’ils deviennent raides. Quand je lui ai expliqué que ca ne fonctionnait pas comme ca, elle a fait une crise. Je lui ai donc lissé au fer plat pour lui faire plaisir un matin. Et quand je lui ai dit qu’en sortant du bain ils redeviendraient frisés, elle a fait la baboune.

On est jamais content, hein?

5 commentaires

  1. Elle l’a tu la face de tristesse!?! On lui décrocherais la lune pour un petit sourire!!
    Je dois avoir eu le même complexe de cheveux raides étant plus jeune parce que j’ai toujours rêvé d’un bébé frisé… j’ai toujours espoir pour le Hérisson d’ailleurs!

  2. Ça me fait penser à moi quand j’étais petite…. je DÉTESTAIS ma chevelure rousse carotte ! Les adultes me trouvaient donc chanceuse… mais moi, je n’en avais que faire de leur admiration ! Je me reconnaissais dans le personnage de Anne à la maison au pignon vert qui voulait changer de couleur….
    Et bien maintenant, je suis bien contente de mes cheveux !
    hihiihih 🙂

  3. Je crois que nous sommes jamais satisfaites de nos cheveux. Les miens ne sont ni raide ni frisée et pourtant j’aimerai qu’il soit un ou l’autre car je dois toujours les « arranger » avant de sortir. Mais mes amies aiment mes cheveux car je peux faire ce que je veux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *