Jeudi confession

Je me rappelle lorsque j’étais ado, je me disais que lorsque je serais une adulte je saurais comment m’habiller en madame.  Je ne sais pas, dans ma tête, j’allais un jour comprendre comment avoir l’air arrangée pis savoir comment me mettre du maquillage sans avoir l’air d’un clown.

Fast-foward quelques années et quatre enfants plus tard :  je ne sais toujours pas comment avoir l’air d’une madame.  Je porte encore juste des jeans, des t-shirt et des converse.  Puis le seul maquillage que je maitrise – et le mot est un peu fort – c’est celui que je mets dans la face de mes p’tits à l’halloween.  J’ai essayé.  Ben j’ai écouté à peu près 13 secondes d’un vidéo Youtube avant de dire d’la marde, leur idée de maquillage pour les nuls est pas mal différente de la mienne.  Faque je continue de ne pas avoir l’air d’une madame, coudonc.

Y’a pas longtemps, Chéri m’avait dit qu’on était invités à un souper.  La veille du dit souper, il m’a averti que c’était un souper black tie. Pour moi, c’est l’équivalent de me faire dire qu’il faut que je monte l’Evrest.  À reculons.  En talons hauts.

Après avoir fait le tour de ma garde-robe 8324 fois, force est de constater que je ne possède pas de robe appropriée pour ce genre d’évènement.  Pis l’idée d’aller magasiner et de devoir choisir quelque chose pour ce genre d’affaire me donnait de l’urticaire.  J’ai zéro talent pour dénicher de quoi m’habiller, alors j’ai pris Punky pis je lui ai laissé pratiquement carte blanche.  Oui, je me confesse, j’ai laissé un enfant de 8 ans être ma styliste.  Pis elle a clairement plus de talent que moi.  Et elle m’a fait la morale parce que je ne voulais pas mettre de talons hauts (elle a fini par gagner, parce que tsé, c’est ma styliste).

Bonus, si quelqu’un me trouve mal habillée, je peux être super cute pis dire que je laisse ma fille décider de ce que je porte, tsé.

Lire la suite

Punky et ses cheveux

cheveux pastels 2Punky, c’est celle qui s’est mérité son surnom à la fois pour ses cheveux un peu fous et son caractère punché. C’est celle qui a toujours le mot pour nous surprendre.  C’est celle qui à sa première visite chez la coiffeuse (elle avait 4 ans) m’a demandé si elle pouvait se faire teindre les cheveux bleus.  Et qui depuis ce jour n’arrête pas de me demander ou plutôt de me harceler sur un ton insupportablement suppliant « Maman, est-ce que je peux avoir des mêches, s’ilteplaitsilteplaitsilteplait« .  Probablement 54 fois par semaine.

Bon, je ne voulais pas lui faire des mèches permanentes.  Je ne voulais pas non plus dépenser une fortune.  Et surtout je voulais quelque chose qui disparait rapidement.  Et l’an dernier, alors que je cherchais je ne sais trop quoi sur Pinterest, j’ai découvert qu’on pouvait « teindre » les cheveux à l’aide de pastels.  Comme dans le genre d’affaire que j’ai dans ma salle de bricolage.  J’avais bien vu les craies à cheveux à la pharmacie, mais le prix m’apparaissait élevé pour le nombre et la varité de couleurs.

Alors on a tenté l’expérience des pastels.  Et ça fonctionne super bien au grand plaisir de ma fille qui peut se permettre toutes sortes d’extravagances dans ses cheveux quand sa mère se sent généreuse ou qu’elle lui promet de lui masser les pieds full longtemps si tu me fais des mêches please please please.  (Prenez des notes, vous pouvez être une mère vraiment cool et profitez de vos enfants qui vont vous en remercier : les vraies joies de la maternité!)

 

Comme Punky avait fait beaucoup de ménage dans la maison hier, je lui avais promis qu’on pourrait lui colorer les cheveux ce matin.  J’ai décidé de prendre des photos pour partager mon secret de mère vraiment trop hot (c’est pas moi qui le dit, y’a même des amies de mes enfants qui le clament maintenant que j’ai partagé mon truc de coloration maison avec leur mère!).

Vous aurez besoin de :

  • Des pastels secs (vous pouvez en trouver un peu partout et pour vraiment pas cher sur des sites comme Aliexpress ICI.
  • Une brosse
  • De l’eau
  • Un fer plat (optionnel, mais apparement ça « fixe » la couleur)

Ensuite, c’est vraiment facile.  Prenez une mêche de cheveux, tournez là sur elle-même et mouillez-là.

cheveux pastels 3

Prenez ensuite un pastel et passez le un peu partout sur la mèche tournée et mouillée, en prenant soin d’y aller de tous les côtés.  Cette fois ci Punky voulait quelque chose de différent, alors on a fait tout le bas de ses cheveux de différentes couleurs (ses cheveux de pouliche comme je les appelle!) mais votre imagination est votre limite (et aussi votre capacité à gérer les regards des gens à l’épicerie qui vous jugeront parce que votre fillette a les cheveux pleins de couleur. L’hiver contournez le problème en lui faisant garder sa tuque!).

cheveux pastels 4

Ensuite, si vous le voulez, passez le fer plat sur les mèches colorées.  Brossez.  Et tadam, vous êtes maintenant une mère tellement gentille qui pourra lire un peu en se faisant masser les pieds.

Cheveux pastels

 

Ça peut être un peu (pas mal) plus discret que l’exemple ci-haut, c’est juste qu’hier Punky avait lavé la salle de bain, ramassé sa chambre et fait le ménage du sous-sol, ça valait bien un peu de folie (qui part après 2 shampooings!).  Et c’est vraiment facile à faire, parce que je suis la fille qui est incapable de se peigner autrement qu’en se faisant un chignon sur le dessus de la tête 😉

 

 

Lire la suite

Théologie des temps modernes

3

 

Les déplacements en voiture avec mes enfants sont rarement ennuyants.   Ben oui, parfois ils se chicanent pour plein de raisons.  (Astuce de mère pas fine :  Dans ce temps là je mets la musique à tue-tête et je chante.   L’effet est quasi-instantané, fini la chicane bonjour les fous rires.) Mais souvent, c’est le lieu de conversations … surprenantes.

Punky dans la voiture :

–  Mamaaaaaaaaaan!  Maman! Maman! Maman!  MA – MAN!   Maman, j’te parle.

(notons que j’étais en train de tenter d’avoir une conversation avec mon chum.  Et c’était la 6353 interruption.)

  Oui?

–  Jean Coutu là, est-ce qu’il existe?

– Ben. Euh.  Oui.  Tu veux dire la pharmacie ou la personne?

– Non.  Tsé l’autre jour quand je t’ai demandé s’il était mort, tu m’as dit que oui.

-Ahhh, tu veux dire Jésus?

(Jésus , Jean Coutu, même affaire.)

– Oui, c’est ça Jésus.  Il est mort, hein?

– Oui.

–  Comment il est mort, hein?

– (…)

Moment de réflexion, j’ai tu envie de m’embarquer là-dedans pendant un voyage de 45 minutes en voiture.

Mon chum me regarde, attendant ma réponse avec un sourire en coin.

J’y vais pour le pas-mensonge-mais-pas-toute-la-vérité

– Ben son coeur a arrêté de battre.  (Quoi?  C’est vrai, non?   High five à moi-même.)

–  Ok, mais est-ce qu’il a vraiment existé ou bien c’est un personnage d’histoire?

(On arrives-tu? )

J’y vais pour la réponse je-me-mouille-pas-trop.

–  Bien, certaines personnes croient que oui, d’autres que non.  Chacun ses croyances là-dessus.

–  Ok.  Mais la vraie vie.  La vraie vérité là, c’est quoi?

Clairement, ma fille surestime mes connaissances.

–  Bien, on a pas vraiment de réponse à cette question là ma chouette.

–  (…)  Maman, quand on va revenir à la maison, peux tu écrires dans ton ordinateur « Jésus existes-tu? » , parce que ton ordi lui, va le savoir.

 

Théologie des temps moderne, ma fille se fie à Google pour se guider dans ses croyances religieuses.

Lire la suite

Humilier sa mère, jusqu’à la fin de l’année scolaire

2

Punky aime, que dis-je, adore son professeur de maternelle.  Et aller à l’école avec elle, c’est être témoin de l’amour débordant qu’elle lui porte.   Câlins, bisous, flattage de main entre autres.    C’est parfois lui dire de lâcher la pauvre prof qui doit étouffer sous son étreinte.  Et c’est là que la prof part à rire et te dit :

« Faut que je te raconte quelque chose.  Mais chicane là pas, je lui ai déjà expliqué. »   Pis là, tu sais que c’est pas bon signe.   Et que ça va sans doute être un peu (!) humiliant.

Alors la prof fait le récit de la fois que ta progéniture, dans un débordement d’amour l’a … lichée.

Tu rougis, et tu te dis que t’es mieux d’en écrire des hommages aux profs pour te faire pardonner la conduite de tes enfants.

Lire la suite

Jeudi confession

3Souper en famille, c’est l’fun.  Ça donne le temps de jaser, de demander aux enfants ce qu’ils ont préfèré dans leur journée (réponse de Zucchini : la dictée.   Ouin.  Je dois être vraiment plate.)  , ça donne l’occasion aux enfants de nous raconter des histoires interminab  intéressantes puis des fois ça permet à mes enfants d’avoir des discussions que j’ai pas vraiment envie d’avoir en mangeant mon spaghetti.   Comme cette semaine, Punky, sans doute inspirée par les enfants d’Ysa , me lance un :  Maman, comment y font les bébés pour arriver dans ton ventre?

Alors, comme toute bonne mère astucieuse, je lui fais signe que j’ai la bouche pleine et qu’elle DOIT demander à son père. Mais le chanceux est sauvé par Zucchini qui lui lance d’un air je-sais-tout :

-Ben là, c’est facile, tsé, le papa mets une graine dans le ventre de la maman.

-Oui, mais comment il fait pour mettre la graine, hein?  insiste Punky.

À ce moment là je mastique ben, ben, ben lentement.   Pis j’attends espèrant ne pas avoir à répondre à la maudite question à la table du souper.

-Ahhh, je sais peut-être que le papa il met la graine dans la bouche de la maman pis qu’elle l’avale.

O.K.   J’ai pas pu faire autrement, j’ai éclaté de rire, recraché ma bouchée que je mastiquait depuis longtemps et j’ai ri encore plus.  Et Chéri a embarqué.  On a rit.  Aux larmes.  Punky a fini son assiette et s’est levée de table en nous regardant d’un air dégouté, décidément ses parents sont un peu (!) idiots.

Alors je me confesse :  je suis des fois (souvent?) moins mature que mes enfants.   Pis je ris encore.

Pis inquiètez vous pas, je vais acheter un livre pour discuter de ces questions là avec Punky.   Et déléguer la tache à mon chum.  Tsé.

Lire la suite

Humilier sa mère, de l’entrée au dessert

 

Il y a un prof de maternelle qui m’a déjà dit :  Faites attention à ce que vous dites à la maison, parce que les enfants enregistrent … et répètent au mauvais moment.  Et c’est cette phrase là qui m’est revenue en tête lorsque Punky a été invitée à dîner chez son professeur.   Dans un contexte autre que celui de la classe, je me demandais bien ce qu’elle allait pouvoir lui raconter.   1h30, seule en tête à tête avec son idole, j’étais certaine qu’elle allait réussir à trouver une façon de me faire un petit peu honte.  (Si vous pensez que j’exagère, j’ai passé quelques après-midi dans la classe de maternelle, et chacun des enfants a fait au moins une chose qui ferait rougir ses parents, garanti. )

Alors, je l’ai laissé partir, souriante comme 1000, et j’ai espèré pour le mieux.   À ma non-surprise, elle a été d’une politesse exemplaire.   Punky c’est ma petite madame s’il-vous-plait-merci-pour-absolument-tout.    Sa prof m’a assurée qu’elle avait été sage.

Et en arrivant à la maison, Punky s’est empressée de me raconter qu’elle avait mangé du fromage … avec du ketchup.   Ma fille, qui mange de tout, a réclamé du ketchup pour manger son fromage.  Ok.   Juste un peu honte.   J’habite dans un petit village, là toute l’école va croire que je nourris mes enfants avec du ketchup, je peux vivre avec ça.   Ah, mais ça ne suffisait pas, évidement.  Faque quand est venue l’heure du dessert , Punky a demandé à son prof si elle pouvait avoir des biscuits de chien.   Parce que : j’aime vraiment ça.

Si vous me cherchez, je suis partie me cacher dans un coin, en attendant que la rumeur sur l’alimentation de mes enfants qui court dans le village soit passée.

Lire la suite

Humilier sa mère, c’est encore plus l’fun que ça en a l’air!

2Mes enfants sont une source inépuisable d‘humiliation.   Chaque fois je me dis que ça ne peut être pire, chaque fois ils me suprennent.   Puis comme je suis pas pire pantoute pour m’auto-humilier, ça donne un combo explosif.

Comme la fois ou , allant reconduire les enfants à l’école sur l’heure du dîner, j’ai arraché la moitié du côté de ma voiture en accrochant une rampe sur le perron de l’église.   Imaginez la scène :  y’a à peu près 20 parents qui se dépèchent pour avoir une place pour débarquer leurs enfants, y’a environ 67 écoliers qui sont déjà là et le bruit de la tôle qui froisse est assez pour faire tourner toutes les têtes vers vous.  Et les laissez là pour un bon 15 minutes parce que vous ne pouvez pas ressortir de la file d’autos qui attendent sagement que la cloche sonne.   15 minutes ou toute l’école vient admirer tour à tour les dégats à votre voiture et les dommages au poteau de l’église (que j’ai brillament arraché).   15 longues minutes ou t’as envie de te cacher dans le fond de la minivan.

Puis, comme si j’étais pas assez honteuse comme ça, Punky revient de l’école en m’annonçant que pendant la récréation « Je suis allée montrer à toute la classe pis à mon professeur le poteau que t’as arraché! » .   Super.

Viens l’appel de l’agent d’assurance qui demande à Chéri :  « Est-ce que l’Église a l’intention de vous poursuivre? »  et mon chum qui me demande ce que j’ai bien pu faire pour qu’ils veuillent me réclamer de l’argent.   Pas mal certaine qu’il s’est fait de multiples scénarios dans sa tête avant de comprendre que j’avais brisé l’auto sur la propriété de l’Église du village.

Malgré ça, Punky trouvait que je méritais encore un peu plus d’attention.  Alors que je vais la chercher à l’école le midi – et que je suis stationnée le plus loin possible de tout objet contondant – sa prof, son idole , est celle qui surveille les élèves qui partent à pied.   Faque, pour être certaine que je sois un peu mortifiée chaque fois que je la vois, elle l’a invité à venir voir ma voiture.   Et à longuement admirer l’étendue des dégâts.  Et à s’interroger sur mes capacités de conductrice.

Bref, je vais aller chercher les enfants à vélo pour le reste de l’année je crois.

Lire la suite

Sagesse enfantine

1Depuis qu’elle va à l’école, je suis à même de constater que Punky a un charme certain.   Oui, tous mes enfants sont charmants, c’est pas la question, mais elle, c’est une classe à part.  Dans le genre ou, un soir après l’école, elle me dit qu’elle a eu droit à une collation spéciale.

-Ah ouin, comment ça.

– Ben, j’avais fait quelque chose de pas correct, puis Madame XYZ m’a chicané.   Pis là j’avais de la peine.   Alors elle m’a donné un bout de sa collation pour me consoler.

Alors , si on suit bien, elle a été récompensée pour avoir été tannante.    Bref, c’est une petite fille qui réussi toujours à s’en sortir grâce à ses beaux yeux.

Faque, c’était pas une surprise pour moi lorsqu’elle m’a annoncé qu’un tel était amoureux d’elle.  Puis un autre.

Un midi, elle revient de l’école en me disant :  Là, maman, je suis tannée.   Ti-Gars-Un-Tel m’a dit qu’il était amoureux de moi.   Ca m’intéresse pas.   Tsé, j’en ai déjà des amoureux (oui, des. Tsé.) puis Ti-Gars-Un-Tel il écoute pas quand la professeur parle.  Faque penses-tu qu’il va m’écouter moi?

Sages paroles, Punky!

Lire la suite

Chacun sa vision!

1

Avant d’avoir des enfants – je l’ai dit régulièrement – on est des parents parfaits.  Nos enfants ils vont être sages, polis, bien se tenir, parce qu’on va bien les élever.  Puis on a des enfants et on se rend compte que oui, on a une certaine influence mais que quoi qu’on fasse, ils ont leur personnalité bien à eux … et ils l’expriment.

Cette semaine, à l’arrêt d’autobus, je faisais remarquer aux filles que ça faisait un p’tit bout qu’on avait pas aperçu leur amie qui débarque à l’arrêt avant elles.

Zucchini, éternelle optimiste :  Hum, peut-être qu’elle est partie en voyage!

Punky, plus réaliste: Elle est peut-être malade.

Bébé-dragon, la terroriste :  Non.  Moi je dis qu’elle est en prison.  Ou qu’elle s’est fait enlever. 

Se sont des soeurs, mais elles ont aussi chacun leur (forte) personnalité!

Lire la suite

Réputation ( sans efforts )

L’affaire qui est l’fun avec des enfants, c’est qu’ils peuvent vous donner une excellente réputation, sans que vous ayez à faire d’efforts (ou si peu) .   Depuis que Zucchini va à l’école, j’ai, grâce à elle, une excellente réputation dans le village.  On habite en campagne, alors la prof est la soeur de la coiffeuse, et le directeur le cousin de la proprio de l’épicerie, alors les nouvelles voyagent vite.   Donc, merci à Zucchini, j’ai l’air de la mère en parfait contrôle et qui élève ses enfants de façon exemplaire.

Deux ans que je cultive cette réputation.  Sans efforts.  Puis, Punky est entrée à l’école.   Deux semaines.   C’est ce que ça lui aura pris pour me faire passer de la mère exemplaire à la mère un peu … hum, spéciale.

Donc, en deux semaines Punky a:

– dit à son professeur que « Tsé que moi j’ai déjà embrassé une fille sur la bouche » .

– réussi à se faire inviter à coucher par deux garçons.  Qu’elle ne connaissait pas la journée d’avant.

– dit qu’elle choisissait comme récompense de la semaine de venir à l’école en pyjama, plutôt que d’inviter sa mère parce que « tsé, je la vois tout le temps ».

– réussi à convaincre son professeur d’adopter une chenille dans la classe.

–  réussi à convaincre son professeur d’apporter 5 autres compagnes à la chenille en question.

– réussi à convaincre son professeur d’adopter un criquet dans la classe, même si le directeur n’était pas favorable à l’idée.

– réussi à convaincre son professeur d’appeler le criquet en question M. Raymond.   Comme le concierge.

– réussi à convaincre son professeur qu’elle était adorable et qu’elle mettait de la vie dans la classe.

Par contre, si elle a terni ma réputation de mère incroyable, elle saura garnir mon blogue d’anectodes invraissemblables, c’est certain.

Lire la suite