Humilier sa mère, avec son vocabulaire

Mes enfants sont bons dans bien des choses :  faire des faces cutes, donner des câlins, lire, inventer des histoire et … humilier leur mère.

Si les filles me donnent moins souvent l’envie de disparaitre six pieds sous terre en public, mon fils a joyeusement pris la relève de façon exemplaire.

C’est cute un enfant de cet âge dont le vocabulaire n’est pas tout à fait au point.  Tsé, quand fiston me dit qu’il y a une grosse mascotte dans la cour, au lieu d’une marmotte, ça me fait fondre.

Pour une raison que j’ignore, Junior inverse le « pû » et le « dû ».  Ça donne lieu à des phrases comme « Maman, t’aurais dû renverser mon verre en passant« .  Pis c’est quand même cute.

Jusqu’à ce que je sois dans un stationnement avec mon fils et qu’on rencontre une mère avec ses enfants.  Et que l’un de ceux ci décide de s’échapper de la main de sa mère qui tente tant bien que mal de le rattraper tout en essayant de retenir ses autres enfants.

Fiston s’est fait dire à plusieurs reprises de ne pas s’éloigner de moi dans les stationnements, et après 3245423 avertissements il se pense un peu (!) bon lorsqu’il se rappelle de me donner la main pour ne pas se faire écrapoutir.  (Ses mots, pas les miens).

Faque lorsqu’il a vu le garçon s’élancer, il s’est écrié :  Maman.  Il aurait DÛ se faire frapper!

Je me suis dépêchée d’entrer dans l’épicerie – en répétant à mon fils aurait PÛ, aurait PÛ – sous le regard d’incompréhension de la mère qui devait se dire que si Fiston marchait si près de moi c’est parce que chez nous on faisait des menaces aux enfants.

Désolée Madame, on ne souhaite pas vraiment de malheur à personne!

Lire la suite

Le p’tit quatrième

1Je l’ai déjà mentionné, je suis une mère différente avec mon p’tit dernier qu’avec ma première.  Faut croire que l’expérience nous change.

Mais y’a pas que ça, je dois dire qu’être le plus jeune d’une famille de 4, ça fait du p’tit dernier un enfant complètement différent du premier de la famille.

Ainsi, à 3 ans Junior …

 

– A un répertoire d’expressions des plus variées.  Il alterne entre le Oh. My. God !  , le C’est malade! et le Ça pas rapport! de façon surprenante depuis ses 18 mois.

– Est un maitre dans l’art de l’excuse.  Je ne peux pas ramasser, j’ai mal dans le dosJe ne peux pas mettre mon linge dans le panier, c’est trop lourd.  Sans oublier le : Je ne peux pas aller prendre ma douche, je suis beaucoup trop fatigué. 

– A eu le cours 101 de négociation.  Il a encore un petit peu de travail à faire de ce côté pour être efficace comme en témoignent ses dernières tentatives:  Si tu me coupes les cheveux, je ne mange plus!  Si tu ne me donnes pas de banane je m’en vais à l’école. Avec mon sac à dos.  Si tu ne me donne pas de pommes, papa va manger ton pyjama. 

– Il connait déjà tous mes points faibles :  Maman, si je suis sage au Costco est-ce qu’on peut m’acheter un livre?

– Il maitrise depuis sa naissance ou presque l’art des yeux doux pour obtenir ,euh, n’importe quoi.

– Il est dangereusement bien informé des tactiques qui fonctionnent avec sa mère et/ou son père :  Si je ramasse mes Transformer, est-ce que je vais pouvoir jouer au Xbox?

 

Faque, si je suis siiiiii différente avec mon p’tit quatrième c’est que lui aussi il est pas mal différent.

Lire la suite

La vie secrète des superhéros

3Si être une mère de 4 ça veut dire avoir 4 esclaves pour faire des trucs à ma place, ça veut aussi dire avoir 4 petites personnes qui n’ont pas toujours envie de m’écouter.  Voire rarement.  La nécessité étant la mère de l’invention me voilà devenue très créative.

Avec mes filles, j’ai dû chercher différentes façons de les motiver.  Avec mon fils, c’est simple : les superhéros.  Pas de p’tits collants, de jouets ou de tattoos.  Non.  Juste l’exemple des superhéros.

Si j’étais riche et je pouvais acheter les droits de Marvel, j’écrirais un livre sur le sujet : la vie secrète des superhéros.  Parce que, sachez le, les superhéros ont une autre vie, celle que vous ne voyez pas à l’écran, et qui me permet de faire faire à peu près n’importe quoi à mon fils.

Quelle genre de vie secrète, vous demandez vous?  Voici quelques extrait de mon futur livre.

-Captain America ne mets ses Crocs que lorsqu’on peut voir tout le gazon. Pas avant.

-Iron man fait toujours pipi avant d’aller se coucher.  Sans exception.

-Green Lantern se dépêche toujours à s’habiller lorsque c’est le temps d’aller porter ses soeurs à l’école.

-Spiderman donne toujours la main lorsqu’il se promène dans les stationnements avec sa mère.

-Hulk mange beaucoup d’épinards, d’haricots, de choux de bruxelle pis toute la patente.  Il est pas vert pour rien tsé.

-Thor ramasse toujours ses jouets avant d’en sortir d’autres.

-La Veuve noire reste bien assise lorsque c’est l’heure de manger.

-Vision adore se laver les cheveux.

 

Je sens que ça va être un best sellers.

 

Lire la suite

La différence

 

Y’a pas un enfant de pareil.  J’en ai quatre, qui sont élevés de la même manière et qui malgré ça sont totalement différents.   Y’a celle qui peut écouter attentivement un prof pendant des heures, y’a une autre qui tient difficilement en place sur sa chaise, même pour un repas, y’en a une qui adore jouer toute seule, pis l’autre qui veut toujours être entourée.  Y’en a une qui crie à la moindre contrariété, une autre qui voit toujours le positif dans une situation.  Y’a celui qui dit merci pour tout du haut de ses deux ans, y’a celle à qui faut souvent rappeler les règles de politesse.

 

Sur certains points, ils se ressemblent presque tous…  sauf un.   Prenons mon hygiène par exemple.   Oui la mienne.   Ma routine pour prendre ma douche avec mes filles, toutes, lorsqu’elles avaient deux ans.

– Ouvrir la télé (  ça a un très grand pouvoir d’attraction sur des enfants qui ne l’écoutent pas souvent)

– Dire à mes filles que je vais prendre ma douche.

– Me laver.  Longtemps si ça me tente.

– Revenir au salon pour les trouver dans la position ou je les ai laissées.

 

Prendre ma douche avec mon fils de deux ans.

– Ouvrir la télé.

– Barrer toutes les portes.

– Cacher les clefs.

– Cacher les couteaux.

-Cacher les ciseaux.

– Vérifier qu’il n’y a aucun Sharpie à portée de main.

– Débrancher tous les téléphones.

– Activer le Child Lock sur le lave-vaisselle.

– Activer le Child Lock sur la laveuse.

-S’assurer qu’aucun aliment pouvant renverser est à portée de main dans le frigo.

-Cacher le petit banc.

– Barrer les fenêtres.

– Fermer toutes les portes possible.

– Ne surtout pas lui mentionner que je vais dans la douche.

– Me laver rapidement.   Je me raserai les jambes quand Chéri sera à la maison.

– Remonter au salon.

– Chercher fiston.

–  Verifier toutes les portes extérieures.  Toutes barrées.  Pas de traces de Junior.

–  Trouver mon fils, dans mon lit, celui avec une douillette blanche (oui, je sais) , banane et kiwi à la main, à moitié mangés et essuyés dans mes draps (oui, ils sont blancs aussi) en train de prendre une croquée de mon déodorant .

–  Fiston a bonne haleine, je suis relativement propre.  Tout ça en moins de 5 minutes.  Win?

Lire la suite

Le terrible 2, pas si terrible.

1On entend souvent parler du Terrible Two (aussi appelé T2)  , des crises de bacon, des parents désemparés et épuisés.   Mais, y’a aussi beaucoup de positif dans cette période redoutée.    Vous êtes dedans et vous ne me croyez pas?  Voici:

–   C’est un réveil-matin parfait.    Vous avez un ado qui refuse de se lever pour l’école?   Un conjoint adepte du snooze?    Relâchez le T2 dans le lit.   Y’a rien de plus déterminé qu’un T2.   Cris.  Sauts.   Doigts dans le nez, dans les oreilles ou dans les yeux, y’a rien à son épreuve.   Et pas de snooze sur le bambin.

–  Vous allez améliorer votre cardio.   Mettre l’habit de neige d’un T2.   Changer sa couche.  Courir pour l’empêcher d’échapper le verre de vitre qu’il tient dans sa main alors qu’il est juché debout sur le comptoir de la cuisine.   Les occasions sont multiples.   Et contrairement au gym, avec le terrible two vous ne pouvez pas remettre l’entrainement à demain.

–  Le plancher de votre cuisine n’aura jamais été aussi propre.   Il y a de bonnes chances que vous le laviez à tous les jours, merci au T2 qui apprécie particulièrement tester la vélocité des différents aliments dans leur course de la chaise haute vers le plancher.

–  Vous êtes maintenant capable de faire l’épicerie en environ 10 minutes.    Faire les courses avec un bambin vous a appris à être rapide, efficace et évitez les allées maléfiques, vous savez celles qui déclanchent parfois des crises de bacons.  Par contre, dans le cas d’une telle crise réfèrerez vous au point deux.

–  Vous êtes maintenant un négociateur hors-pair.   Parce que malgré toutes les promesses que vous vous êtes faites, ça vous arrive d’être désespèré et de marchander pour une bouchée de brocoli, une heure de coucher sans se relever ou juste pour aller à la salle de bain en paix.   Puis, pour négocier avec un Terrible Two ça prend beaucoup, beaucoup de ressources.    Y’a plus rien à votre épreuve : le garagiste qui veut vous charger trop cher, la caissière au service à la clientèle qui refuse de vous échanger un produit, la secrétaire de qui vous essayer d’obtenir un rendez-vous avec le docteur de vos enfants .  Tous de la petite bière à côté de votre T2.

–  Vous n’avez plus aucune misère à obtenir la facture rapidement au restaurant.   Vous savez, les serveuses qui vous ignorent lorsque vous désirer quitter?  F. I. N. I.   Même que vous recevez parfois la facture avant votre dernière bouchée.

–   Vous êtes maintenant un as de la psychologie inversée.   -Mon chou, ce soir on ne prendra pas de bain.  – Noooooooooooon, je. veux. prendre. un . bain. bon.  –  Bon, d’accord, si tu insistes.

–  Vous n’aurez jamais eu autant de câlins.   Même si parfois c’est pour se faire pardonner, un câlin c’est un câlin.  Et que dire des Ze t’aime.

–  Vous avez mainteant un esclave helper.  Vous savez la phrase :  Capable tout seul!  Faut la mettre à profit.  Votre Terrible Two adore passer la balayeuse, laver la vaisselle et tout le reste.  Laissez le faire.

–  Vous avez maintenant un porte-parole pour les choses que vous pensez tout bas et que vous n’osez pas dire tout haut.   Bien sûr, parfois c’est embarassant.  Mais c’est aussi vraiment drôle.   Vous savez Matante Germaine qui porte un parfum horrible, votre T2 lui, ne se gênera pas pour lui laisser savoir que c’est un peu trop.

Vous voyez, c’est pas si terrible.

Lire la suite

Reviens sur terre!

1

Ce qui est pratique avec la maternité c’est que vous avez toujours quelqu’un à portée de main pour vous rappeler à l’ordre quand vous divaguez.  Parce qu’avouons le , on devient tous un peu gaga lorsqu’il s’agit de nos enfants.  On les trouve donc beaux, fins et intelligents.   Puis, même quand c’est notre quatrième, on ne se gène pas pour leur dire.

Je suis dans le salon à m’amuser avec Junior et il me fait un sourire incroyable, alors je lui lance : Savais tu que t’étais le plus beau p’tit garçon du monde toi?

Heureusement, Miss Dragon était à portée d’oreille et s’est empressée de me corriger :   Maman, ça se peut pas.   T’as même pas vu tous les garçons du monde.  Pis en plus, un bébé qui vient de naître, c’est ben plus mignon.

J’ai pris Junior dans mes bras et je lui ai chuchoté : Écoute là pas, moi je l’sais que c’est toi le plus beau!    Faut bien me laisser mes illusions bon.

Lire la suite

Jeudi Confession

Nouveaux parents, vous l’avez sans doute déjà remarqué, ce qui se passe dans la nuit chez vous intéresse beaucoup les étrangers.  Non, non, pas dans le sens où vous le pensez.  Quoique parfois y’a des gens un peu trop curieux.  Mais plutôt, quand vous êtes à la caisse de la pharmacie avec votre poupon et que la petite madame derrière vous s’est extasiée : « Hoooooooon le beau bébé! »   et qu’elle vous a demandé – malgré la robe et le p’tit chapeau rose – si c’était une fille ou un garçon et qu’ensuite elle vous demande :  Elle fait tu ses nuits?

Cette question là m’a toujours énervée.  Non, mais moi j’m’en sacre tu que le fils du voisin se réveille à 3 heures du matin pour son biberon?  Pourquoi est-ce que les gens – que je ne connais pas je précise – on besoin de connaître les habitudes nocture de mes enfants.  D’habitude je réponds oui, parce que je n’ai pas le goût d’engager la conversation.  Mais si par malheur vous répondez non (ou que votre aînée plus rapide que vous s’exclame bruyament ‘Mon p’tit frère se réveille encore la nuit pour boire du lait » ) attendez vous aux réactions suivantes :

-Bébé de 0-6 mois : Regard de compassion.  » Oh, le coquin.  T’inquiètes pas ça va venir.  Est-ce que tu le nourris?  Ouais peut-être qu’avec un biberon avec du pablum dedans ça aiderait. »

-Bébé de 6 à 12 mois :  Regard critique.   « Ben là, va falloir lui casser ça cette mauvaise habitude là!  As tu essayé XYZ ?  Ma belle-soeur a fait ZXY?  Bla bla bla. »

Maintenant je me confesse, mon bébé de quasi 18 mois ne fait pas ses nuits …   pis ça ne me dérange pas.  Réaction typique de personne confrontée à cette révélation (i.e. réaction de l’infirmière à son rendez-vous annuel.)

Regard horrifié.

–  Ben là madame.  Vous savez qu’il a la capacité de dormir toute la nuit?

– Oui, oui.  Mais ça ne me dérange pas.

Regard de madame sur le point d’appeler la DPJ.

–  Mais vous devez récupèrer. 

–  Ben comme il dort avec moi, je récupère en masse.

Regard de madame catastrophée qui croit que je suis en train d’en faire un enfant roi.

–  Madame, je ne vous juge pas, mais c’est TRÈS dangereux de dormir avec son enfant.

–  En fait, vous me jugez, mais c’est correct, ça non plus ça ne me dérange pas.

Regard de madame gênée.

– euh …

Alors jugez moi, je me confesse, mon bambin ne fait pas mes nuits … pis je n’ai pris aucun moyen pour y remédier.

Lire la suite

Jeudi confession

La partie plate de la vie de parent (à part le pliage de linge infini) c’est la discipline.  Je sais, je sais c’est pour leur bien.  C’est pour le nôtre.  Et c’est plate.  Mais je le fais quand même.

 Sauf que je me confesse, je fais de la discipline sélective.  Si mes enfants ne savent pas que je le sais qu’ils sont en train de faire quelque chose d’interdit, je peux les ignorer, non?  Alors des fois, pour ma santé mentale, ou juste parce que je veux finir de déjeuner en paix, je ferme les yeux.  Après tout, si le prix à payer pour pouvoir manger une toast chaude c’est de laisser Junior boire un petit peu d’eau de toilette (propre, quand même), je suis prête à être une mère indigne.  Mais encore saine d’esprit.   Après tout, j’aurai encore bien des occasions pour le discipliner.  Et je suis pas mal certaine que d’ici à ce qu’il entre à l’école il va se lasser de jouer dans la bol.   Du moins j’espère.

Lire la suite

Avoir su!

Y’ un adage en anglais qui dit Be careful what you wish for .   J’aurais dû m’y fier.  Mais non, comme à peu près toutes les mères, j’ai souhaité pouvoir aller aux toilettes toute seule.  Sans personne avec moi dans la salle de bain.  Sans personne qui glisse ses petits doigts sous la porte.  Sans personne qui crie en tapant sur la porte « Dépêchhhhhhhhhhhhhhhe  toi, j’ai envie! »  Sans personne qui glisse des petits mots sous la porte parce que je l’ai barrée.  Bref toute seule, la paix.

Junior lui, ne demande que ça me laisser aller aux toilettes toute seule.   Merveilleux, non?  Non!  Parce que Junior c’est un expert de la bêtise … dangereuse.   La liste partielle de ce qu’il a réussi à faire pendant que j’étais à la salle de bain :

–  Grimper au four pour essayer de manger mes tartes (voir ci-haut)

-Grimper sur la table de la cuisine pour s’y mettre debout.

– Grimper sur le comptoir de la cuisine pour essayer d’attraper le bloc de couteaux.

–  Grimper sur une chaise pour attraper le plat de crayon et décorer mon comptoir.

–  Grimper sur mon bureau d’ordinateur pour déguster le sac de Crispers bien caché derrière l’écran.

–  Grimper dans le lit à deux étages de ses soeurs pour tirer en bas tout ce qui s’y trouve.

–  Grimper sur le comptoir pour grignoter des pitas … au travers du sac de plastique.

Et ce n’est que la partie qui concerne le grimpage…

J’ai donc pris sur moi de l’ammener avec moi à la salle de bain où il a …

– vidé tous les tiroirs.

– mangé de la pâte à dents.

– réussi à jeter un rouleau de papier de toilette (neuf) dans la toilette alors que j’étais assise dessus.

– liché la brosse de toilette.

– grimpé sur le comptoir pour attraper tout ce qu’il pouvait.

Bref, j’ai développé une vessie d’acier et j’attends maintenant que mon chum soit à la maison pour aller à la salle de bain.  Puis Junior s’installe alors confortablement devant la porte et crie : Mmmmmmmmmammmmmmmmman !  jusqu’à ce que je sorte.

Be careful what you wish for, indeed!

Lire la suite

Les princesses

Les mères de famille nombreuse vous le diront, nos enfants sont souvent afflubés de nouveaux noms. ZucchiPunkJu , dis-je avant de trouver LE nom de celui qui est en train de manger la terre de la plante. Je songe à bêtement les renommer numéro 1 à 4. Sauf que c’est un peu plate pour Punky qui devriendrait connue sous le surnom Numéro 2. On a vu plus glamour.

Avec ma mémoire défectueuse et toute la marmaille qui me tourne autour vous comprendrez que parfois je m’embrouille. Mais 4 petits noms à retenir, ce n’est rien. Les filles ont donc décidé d’augmenter le challenge. Leur jeu favori : les princesses. Chaque fille est une princesse. Chaque princesse a un nouveau nom. Chaque princesse ne répond qu’à ce nom. Et ce *&(#$!! nom … change à chaque jour.

Ce qui donne ça dans ma cuisine:
-Zucchi .. euh, Punky ramasse tes bottes.
– Je m’appelle pas Punky! et elle tourne les talons.
– Léa , ramasse tes bottes!
– JE M’APPELLE FLEUR. (dit avec un accent français. Car pour une raison que j’ignore, les princesses parlent à la française.)

3 nouveaux noms chaque jour. Bienvenue dans la maison des fous. Heureusement, je peux me consoler, parce que lorsqu’elles jouent à la princesse, je suis la reine. Non seulement je me fais appeler Votre Altesse, mais en plus je peux donner des ordres. Qui sont exécutés. Parce que tout le monde sait qu’on doit toujours obéir à la Reine.

Alors si vous venez me visiter, vous trouverez peut-être une princesse en train de balayer mon plancher!

2

Lire la suite