Jeudi confession

Mon p’tit dernier est à la maternelle.  Ce qui veut dire qu’en plus d’avoir à gérer 34 réunions supplémentaires, 3253346 feuilles de permissions de plus et 242789 barres de chocolat à vendre, il faut que je compose avec … les fêtes d’amis.

Je vais vous faire une confession, moi les fêtes d’amis, je trippe pas.  Bon, pour les amis proches, ok.  Mais pour le reste, ben, c’est du trouble.  Premièrement il faut caser ça entre 453 activités de fin de semaine.  Deuxièmement il faut trouver un cadeau.  Pis je manque d’idées.  Pis de choix – tsé je reste en campagne. Troisièmement, quand c’est la première année d’école de ta progéniture, tu connais pas trop les amis de la classe, leurs parents pis tout le reste.  Faque ça m’est déjà arrivé d’avoir envie de prendre mes jambes à mon cou en allant reconduire un enfant chez un « ami » .  Ben oui.

Mais bon, ça fait plaisir à mes p’tits pis ça me donne un congé d’enfant pour quelques heures.  Faut juste maintenant que je réussisse à les faire inviter à une fête toute la gang en même temps, là je pourrais en profiter!

 

Lire la suite

Jeudi confession

Dans la vie, je ne compte plus les fois que j’ai regretté des paroles.  Moi, mes enfants, ils vont faire ceci…  Moi, mes enfants, ils ne feront pas ça… 

J’ai appris – à coup d’orgueuil froissé – que je ne devrais pas prononcer les mots Moi mes enfants …

Mais avant d’être titulaire de toute cette sagesse (!) je les ai prononcé à plusieurs reprises ces mots là, ou des variantes.

Moi, mon fils ne jouera pas au hockey.  HEILLE, pas question que j’inscrive mon p’tit dans un sport où les parents sont parfois un peu intense, que je sois obligée de me lever aux p’tites heures du matin la fin de semaine pour aller me geler les fesses dans un aréna, pis tous les autres préjugés que j’avais.

Évidemment, comme je suis une mère faible (mais aussi une mère capable d’introspection tsé!) devant les yeux suppliants de mon fils je l’ai inscrit au hockey.

Je me confesse :  j’aime ça.  Oui, je me lève vraiment trop tôt le dimanche matin (oui, le dimanche matin tsé).  Pis je me suis rajouté des pratiques dans mon horaire déjà trop chargé.  Mais j’aime ça pareil. Pis je suis un peu gaga.  Ok beaucoup.  Je prends des photos pis je filme les bons coups de fiston.  Pis hier soir, avant qu’il s’endorme je lui ai murmuré à l’oreille de ne pas m’oublier lorsqu’il serait une vedette de la LNH, tsé.

Lire la suite

Jeudi confession

J’ai déjà clamé haut et fort mon amour pour les journées pédagogiques.  J’ai même dit qu’il y en avait pas assez.  Pis même avec le retour au travail, je maintiens ma position.  Ok, je ne peux pas faire la grasse matinée mais mes enfants oui. Pis ça me fait une journée de moins à faire des &*(? de lunchs.

Mais, je me confesse, les pédagos je trouve que c’est légèrement (!) dispendieux.  La dernière en liste ici : 27$ par enfant.  Quand t’en a un, ça va. Quand t’en a quatre c’est presque 120$. Plus faut faire des ?&*?* de lunchs.  Alors là tu fais des calculs pis tu te dis que ça vaut pas tant la peine d’aller travailler.

Une chance, mes p’tits ont un grand-père qui est en congé le vendredi.  Qui ne va rien me coûter pis qui en plus va sûrement réparer 3 ou 4 affaires chez nous.  Et qui va me sauver les lunchs.  Faque les pédagos c’est encore pas mal cool.  Le sommeil en moins.

Lire la suite

Jeudi confession

Les semaines sont longues avec le travail, les lunchs, les activités des enfants et les soirées à examiner les têtes de mes p’tits au peigne fin parce qu’il y a encore des poux à l’école.  Rajoutons à ça un rendez-vous chez l’orthodontiste, un fiston qui vomit, une poche de hockey échappée sur le boulevard parce que mon coffre de minivan était brisé, une réunion pis une migraine, pour faire de cette semaine une semaine qui n’en finit plus de finir.

Dans tout le chaos, je me confesse, j’ai pas eu 3 secondes pour penser à ce que j’allais écrire cette semaine.  Faque à la place je vais juste vous dire que je suis paresseuse, que j’ai pas envie de me casser la tête et vous mettre une photo de notre nouveau chaton.

Parce que quand t’es dans l’jus, quoi de mieux que de te rajouter un peu d’ouvrage parce que tu ne peux pas résister aux yeux suppliants de ta progéniture.

 

On est encore à essayer de lui trouver un nom. Faites-nous des suggestions!

 

Lire la suite

Jeudi confession

Le retour à l’école et le retour au travail en même temps m’ont obligée à devenir une personne organisée.  Bon, ok, j’exagère peut-être, une personne semi-organisée.  Reste que je suis pas mal fière de moi quand je réussis à préparer les lunchs de tout le monde la veille pis que je n’ai pas besoin de me lever à 4h pour tout préparer ça.

Bon, je l’ai dit, je suis déjà écœurée des lunchs.  Mais faut faire avec.  Alors je m’arrange pour que ça soit le moins compliqué possible.  Genre de cuisiner pour qu’il y ait assez de restes pour les lunchs du lendemain.  On est 6 ici, faque faut que je cuisine pour 12 personnes.  Chaque soir.  Ouin.

Et là, je vais vous faire une confidence : des fois, ça fait mon affaire.  Voyez-vous, faire cuire quelque chose sur le BBQ pour 12, ça veut dire faire deux batchs.  Je fais la première pour les p’tits.  Pis pendant que je travaille très fort à faire cuire la deuxième, Chéri, lui, s’occupe de servir les enfants, de se faire demander 324546 affaires en même temps pis toute.  Pendant que je suis dehors.  Assise.  Sans que personne ne me demande rien.  À surveiller ma cuisson. Tsé, mon chum me l’a assez répété : le BBQ, faut surveiller ça constamment.  Faque je l’écoute.  Pis je relaxe.  Et je rigole un peu à voir Chéri avec la broue dans le toupet.

Lire la suite

Jeudi confession

 

Je pensais que le retour au travail, à temps plein à l’extérieur, serait plus difficile.  Bizarrement, ça se passe plutôt bien et je m’étonne moi-même par ma capacité d’organisation (faut dire que je n’avais pas des attentes très élevées envers moi-même, je me connais).

Les enfants sont heureux, je prends au moins un repas sans me faire interrompre à chaque bouchée pis toute.

Sauf que je me confesse, y’a une chose que je déteste avec le retour au travail : les cr&*# de boîtes à lunch. Sérieusement, ça fait une semaine et je suis déjà à boutte (et à court d’idées).  Je sais, y’en a qui aiment ça, mais pour moi ça s’apparente à une forme de torture pis j’ai envie de tout brûler les plats de plastique.  Sérieusement?  Avec quatre enfants, y’en a toujours un qui chiale sur ce que je mets dans la boîte à lunch.  Y’en a aussi un qui oublie de rapporter un plat (quand c’est pas le sac au complet).  Y’en a un qui remet une pêche à moitié mangée dans la boîte à lunch (ça fait un beau dégât) pis l’autre qui ferme mal sa gourde pleine de lait.  Alors, non seulement faut que je fasse les lunchs maudits, mais il faut aussi que je remplisse mon lave-vaisselle de plats pis que je lave des boîtes à lunch, et occasionnellement je dois aller en chercher une oubliée à l’école.  Je prédis que d’ici la fin de l’année, ils auront des sandwichs au jambon 4 jours/semaine.  Avec des bébés carottes quand je vais vouloir qu’ils mangent équilibré.   C’est raisonnable, non?

Lire la suite

Jeudi confession

Comme à peu près 5693605 autres personnes si je me fie à mon fil d’actualité Facebook, mes enfants ont fait leur rentrée à l’école cette semaine. Ils étaient pas mal contents.

Et là je me confesse, pour la première fois, moi aussi j’étais bien contente.  Je sais, je sais, je vais probablement regretter ces paroles dans quelques jours, lorsque je vais être dans les devoirs et les lunchs, mais pour l’instant je ne pense pas à ça.

Pas que j’avais hâte de me débarrasser de mes p’tits.  Pas que j’avais hâte de retrouver la routine.  Mais cette année, mon petit dernier est entré en maternelle.  Et je n’ai même pas versé une larme.

La semaine prochaine je recommence à travailler, à temps plein. Oui, je sais, je risque de trouver ça difficile après toutes ces années à la maison. Mais aussi, je vais pouvoir avoir des conversations à propos d’autre chose que les Pokémon et les hypothétiques prochains cadeaux de Noël.  Je vais pouvoir manger un repas chaud. Et je vais pouvoir aller aux toilettes toute seule (du moins j’espère!).

C’est la fin d’une époque et j’ai hâte de voir la suite.  Rappelez-moi à quel point j’étais optimiste dans quelques mois, lorsque je vais me plaindre du cadran, des lunchs pis de tout le reste.

Lire la suite

Jeudi confession

On dit qu’un malheur n’arrive jamais seul.  Cette semaine mon robinet de cuisine a rendu l’âme parce qu’il était probablement trop usé de toute la vaisselle qu’on fait depuis 3 semaines parce que mon lave-vaisselle est (encore) mort.  Ah, et j’ai eu un mega trou devant ma maison pour réparer un tuyau, ce qui veut dire que maintenant j’ai pu de gazon sur la moitié de mon devant de terrain.  Et pour couronner le tout j’ai aperçu la pancarte qui annonce le retour à l’école dans 6 jours (et je ne suis pas prête).

Les deux premières semaines sans lave-vaisselle se sont très bien passées. Oui, même à 6 personnes.

Parce que mon chum était en vacances et qu’il a fait toute, toute, toute la vaisselle.  (Je sais, il est hot.)

Je me confesse, j’ai pas la moitié de la volonté de mon chum.  Et après à peu près 3 secondes et quart de vaisselle j’ai renié tous mes beaux principes écologiques et je me suis dirigée au magasin le plus proche pour acheter de la vaisselle jetable. Je sais, c’est pas bon pour la planete et pour l’avenir de mes p’tits. Mais faire la vaisselle 23h par jour parce que mes enfants semblent être les plus grands consommateurs de verres du monde, c’est pas très bon pour moi, ni pour ma patience avec eux.  Je suis poche, mais c’est ça.  Là, j’attends de pied ferme le réparateur de lave-vaisselle demain, pour l’avenir de la planète pis pour ma santé mentale.

Lire la suite

Jeudi confession

Ahhhh les vacances.  Avec les enfants.  Je sais, vous avez entendu souvent qu’on aurait besoin de vacances après les vacances pour se remettre des vacances.  Parce que voyager avec une petite gang c’est pas toujours facile.  Et disons les vraies affaires, c’est pas toujours agréable.  Parfois ça nous fait questionner nos choix de vie.

Maintenant que les enfants vieillissent, je trouve ça beaucoup plus facile.  Moins de trucs à planifier, ils peuvent faire leurs valises eux-même (ils oublient quelque chose, c’est leur problème hé! hé!), ils mange comme nous, pas 21423 affaires de bébés à trainer pis tout le reste.

 

Mais je me confesse, mes voyages récents avec les p’tits ont donné naissance à un nouveau fantasme.  Pis calmez vous, ce n’est rien d’affriolant.  Nope.  Je rêve d’avoir une vitre comme dans les limousine, vous savez celle qui sépare le conducteur du passager.  D’ailleurs ça devrait venir en option sur toutes les minivan.  Parce que si je reconnais le danger du cellulaire au volant, en deuxième place des affaires les plus dangereuses sur la route c’est sans doute une gang d’enfants dans une voiture qui réclame ton attention …  pour les affaires les plus ridicules au monde.  MAAAAAAAAAAMAN, ma soeur a pris un crayon vert pis moi je voulais le vert pis là j’ai le bleu pis je pourrai pas faire mon arbre tout de suite pis je le veux, pis c’est à mon tour, pis, pis, pis …    Sans compter les cris stridents, les chicanes, les demandes alimentaires et tout le reste.  AH, et les questions.  Les fameuses questions sur ta conduite.  Maman pourquoi t’avance pas?  Pour la  643654 fois, LA. LUMIÈRE. EST. ROUGE. –  Maman, pourquoi ça fait 543 fois que tu essaies d’entrer entre les deux voitures pis que tu réussis pas.  J’HAIS ME PARKER EN PARALLELE.  PIS VOS COMMENTAIRES AIDENT PAS.

Faque, je serais prête à payer un p’tit extra pour avoir une cabine de conduite dans laquelle je peux m’isoler pour ne pas entendre les chicanes qui se déroulent à l’arrière.  Parce que si les vacances sont plus relax, les déplacements restent un peu stressants. Pis je suis prête à parier que je ne suis pas la seule.

Lire la suite

Jeudi confession

Vous me pardonnerez ce tardif et trop court jeudi confession.  Voyez vous, mon chum est en vacances.

Et je me confesse, les vacances de mon chum c’est en fait des vacances pour moi.

Plus besoin de trainer 4 enfants pour le cour de la plus vieille.  Pas besoin de faire tous les repas.  Pis de tout planifier.  Je lui laisse avec plaisir la surveillance des p’tits qui se baignent.  Et je peux flâner au lit le matin pendant qu’il prépare des déjeuners de luxe aux ogres qui nous servent d’enfants.  Ah, et on se permet aussi de voyager avec la progéniture.

Faque c’est une édition de jeudi confession écourtée pour cause de Chéri qui attend patiemment de me masser les pieds.  (Je blague.  Ça ne lui tente pas.  Mais j’ai conduit pendant 5 heures pendant qu’il faisait la sieste dans la voiture.  Faque je le mérite).

Lire la suite