Bonne fête des pères – lettre à mon chum

2

 

Chéri,

Je t’écris parce que c’est la fête des pères qui approche.   Tes enfants vont se charger de te faire un tas de dessins et de faire tes quatre volontés, me demander de cuisiner un gâteau avec eux – c’est une fête, ça prend quelque chose de festif – et se chicaner pour être assis à côté de toi.   Moi je vais faire tout ça avec eux parce que ça les rend heureux.  La cuisine va probablement être sale, il va y avoir des crayons un peu partout dans la maison, je m’excuse. C’est la fête des pères, mais je peux pas t’offrir une blonde qui est une Madame Blancheville, désolée.   Je t’écris aussi, parce que j’ai lu ce matin un « texte » ce matin intitulé « 10 clichés gros comme le bras au sujet des papas ».  Ok, c’est pas le vrai titre, mais ça aurait été un meilleur fit.  Je me suis dit que tu méritais un meilleur texte que ça.

Heille, t’imagine, on a 4 enfants!   Je pourrais te dire que j’ai toujours su que tu ferais un bon père, mais ça serait loin de la vérité.  Pas que je doutais de tes compétences, c’est juste que j’avais jamais pensé à ça, on avait dit qu’on aurait pas d’enfants.  Et que t’étais pas nécessairement le genre de gars qu’on imaginait avec une tralée de marmots.   Pis là, des années plus tard, on en a plein.  Et tu m’étonnes.   Ça aura pris un peu de temps.   Pas que t’étais pas bon, c’est juste qu’avec du recul, j’avoue que des fois je te laissais pas assez de place.   À ma défense, après avoir lu des forums de mamans, je suis pas la seule.   Mais aujourd’hui, je te vois aller avec notre gang pis même si je te le dis pas souvent – tsé, je suis pas la personne la plus sentimentale au monde –  ‘sti que je te trouve hot.  Pas parce que tu changes des couches , contrairement à ce que les clichés voudraient nous laisser croire, le bain, le changement de couches pis le promenage d’enfant sont pas réservés aux mères.  Tu le fais, je t’en suis reconnaissante de la même façon j’imagine que tu es content que je le fasse.   Non, ce que je voulais dire c’est que je trouve ça beau de voir l’amour inconditionnel que tu portes à tes enfants.   J’aime ça que tu saches respecter leurs personnalités, que t’aies envie de leur apprendre plein d’affaires, que tu lises un livre sur les patineuses artistique à Punky malgré l’ennui que ça te procure, juste pour voir briller les étoiles dans ses yeux, que tu inventes des tours de magie pour Zucchini qui pense que t’es le père le plus cool du coin, que tu cherches des images d’urinoirs sur Google pour Fillette dragon qui veut savoir c’est quoi, pis que tu partes à vélo avec Junior, même s’il fait 35 degrés, que t’haïs la chaleur pis que t’aimerais mieux t’effouarer à l’ombre , juste parce que t’aimes ça voir sa p’tite face ricaneuse quand tu l’assoies dans le siège arrière.  J’aime ça voir que même si tu m’envoies promener quand je te corrige sur ton français, ben tu fais des efforts ensuite, pour que tes enfants apprennent les bonnes choses.  J’aime ça que t’aies envie d’être une meilleure personne un peu pour moi, beaucoup pour eux.   J’aime ça que tu sois capable d’admettre tes torts avec eux – j’ai beaucoup à apprendre de toi là-dessus- , que malgré que t’aies de la misère à te rappeler de toutes leurs dates de fêtes (je sais, ça en fait beaucoup) t’es capable de te rappeler des choses qui comptent pour eux : leurs animaux favoris, la couleur d’assiette qui leur fait plaisir ou bien la chanson qu’ils aiment chanter en voiture.  Parce que dans ces petites choses là, je vois toute l’amour que tu leur portes, et que bon je t’aime encore plus.   Je le dirai pas trop, tu vas penser que j’ai quelque chose à me faire pardonner.   J’aime que tu sois ému par ces petits humains, même si dans la vie y’a pas grand chose qui te rend sentimental.   Je trouve ça extraordinaire de voir que tu penses à eux en premier, même si des fois tu mériterais de penser un peu à toi.   Je fonds quand je vois que toi, le gars qui connait rien aux affaires de maquillage, de coiffure et tout le reste, tu prends le temps de mettre du vernis sur les ongles de unes et du fard à joue dans le visage de l’autre.   J’aime ça voir la fierté dans tes yeux quand tes enfants font quelque chose pour la première fois, même quand c’est le quatrième qui passe par là.   Je suis contente que t’hésites pas une seconde à leur dire combien tu les aimes et que tu prennes le temps de les coller mille fois par jour.   Je suis reconnaissante que tu sois capable de savoir que des fois, faut que ce soit toi qui intervienne et que d’autres fois tu saches laisser ta place, parce que nos enfants ils ont besoin de nous deux, mais des fois pas en même temps.  J’aime que tu sois capable de faire un fou de toi pour leur décrocher un sourire. J’aime plein d’autres choses, la liste est longue, t’es devenu une meilleure personne au fil des années, mais surtout, j’aime que malgré que tu sois un papa incroyable t’es encore capable d’être un chum incomparable.  Parce que ça me permet d’être une meilleure mère, et ça rend toute l’aventure de la maternité pas mal plus amusante d’avoir quelqu’un pour me faire rire, dans les meilleurs moments comme dans les pires.

 

Je t’aime.

 

P.S.  Profites-en, ça arrivera pas souvent que je t’exprime ma reconnaissance publiquement comme ça.  Un jour, si on se marie.  Je sais qu’on ne veut ni un ni l’autre se marier, mais compte tenu des enfants qui nous le demande tout le temps et de ta capacité de résistance aux yeux doux de ceux-ci, je suis parée à toute éventualité tsé.  Après tout, on avait dit qu’on aurait jamais d’enfants.   Bonne fête des pères.

5 commentaires

  1. La Madame-Enceinte-Full-Hormones que je suis trouve que c’est un maudit beau texte! Probablement parce que je reconnais mon chum aussi là-dedans! Chapeau à nos supers chums-papas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *